Ça plane pour Alitalia et Air France-KLM

— 

Un an de rebondissements pour un nouvel envol. Lundi, le conseil d'administration d'Alitalia a approuvé l'entrée d'Air France-KLM dans son capital à hauteur de 25 %. Le groupe franco-néerlandais devient le premier actionnaire de la nouvelle entité, issue de la fusion des activités de transport de passagers d'Alitalia et d'Air One, deuxième compagnie de la Péninsule. Selon certaines sources proches du dossier, le montant de cette prise de participation s'élèverait à 323 millions d'euros. Une transaction qui marque surtout l'épilogue d'un feuilleton fleuve qui a tenu l'Italie en haleine pendant des mois.

Air France-KLM a noué des liens étroits avec Alitalia depuis le début des années 2000. Le groupe détenait déjà 2 % de l'ancienne compagnie avant sa mise sous tutelle par le gouvernement Prodi et sa vente mi-décembre, par le gouvernement Berlusconi, à un consortium de grands patrons italiens (Roberto Colaninno, PDG de Piaggio, les Benetton, Marco Tronchetti Provera, patron de Pirelli, etc.). Celui-ci a investi un peu plus d'un milliard d'euros pour sauver et reprendre Alitalia et se donne deux ans pour faire revenir la compagnie à l'équilibre. La nouvelle Alitalia (12 000 salariés) dispose d'une flotte de 148 avions. Avec 670 vols quotidiens prévus, elle desservira 70 destinations. ■