Tempête Alex : La facture (très salée) pour reconstruire les vallées des Alpes-Maritimes sinistrées

BILAN MATERIEL Les collectivités ont fait leurs comptes pour la réparation des infrastructures

Fabien Binacchi

— 

De nombreux ponts ont été détruits
De nombreux ponts ont été détruits — LIONEL URMAN/SIPA
  • Emmanuel Macron a encouragé à reconstruire « très vite » les vallées sinistrées dans les Alpes-Maritimes.
  • Selon les collectivités, la note s’élève à un peu moins d’1,5 milliard d’euros.

Dans les vallées azuréennes sinistrées après le passage de la tempête Alex, Emmanuel Macron a encouragé mercredi à reconstruire « très vite ». Mais « de manière résiliente et durable, en limitant l’artificialisation des sols, en préservant les espaces naturels pour prévenir [les catastrophes] », a préconisé le président de la République.

Des aides et la création d’un fonds d’urgence de 100 millions d’euros ont été annoncés. Il faudra bien ça, au moins. Car la note de ces inondations, en plus du terrible bilan humain, risque d’être salée.

Dès dimanche, le groupe Saretec, un cabinet d’expertise en gestion des risques, évaluait la facture à 315 millions d’euros. Dont 130 pour les biens assurés, les maisons, les commerces endommagés et 185 autres pour les infrastructures routières.

Bien au-delà du milliard d’euros

Une estimation, basée « uniquement sur des observations par imagerie satellitaire » et pour des « réparations à l’identique » selon ces experts, que les collectivités locales ont largement réévaluée depuis… à près d’1,5 milliard d’euros.

Rien que pour le compte du conseil départemental des Alpes-Maritimes, le président Charles-Ange Ginésy « a annoncé à Gérald Darmanin une évaluation des destructions sur les bâtiments, réseaux d’eau et réseaux routiers à 840 millions d’euros », indique la collectivité.

Dont 500 millions pour la seule reconstruction de « 35 km de routes » et de « dix ouvrages d’art majeur détruits dans la Roya ». Le département, qui va contracter un emprunt de 200 millions d’euros, prévoit aussi une enveloppe de 250 millions pour la création de « systèmes d’endiguement et protection contre les inondations », histoire de limiter la survenue de nouveaux drames.

Jusqu’à 70 km de routes à reconstruire

Une note que la métropole Nice Côte d’Azur ferait grimper de 600 autres millions d’euros environ, indique-t-elle. Sur ce total, 435 millions seraient nécessaires uniquement pour le réseau routier des vallées de la Tinée et de la Vésubie, dont elle est le gestionnaire.

« Ce sont 30 à 35 kilomètres de routes qui sont à reconstruire, précise le président de la collectivité Christian Estrosi. L’état des lieux des dégâts comprend également la destruction d’ouvrages d’art ou de ponts, ainsi que le confortement d’éboulements, de chutes de blocs et d’effondrements. »