Veolia confirme son « intention d’acquérir le contrôle » de Suez malgré le non de l’Etat

OPA Le principal actionnaire, Engie, a accepté, lundi, de vendre ses parts (30%) à Veolia

20 Minutes avec AFP

— 

Le patron de Veolia, Antoine Frerot (2e à droite) le 23 septembre face à  la commission des Finances et la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.
Le patron de Veolia, Antoine Frerot (2e à droite) le 23 septembre face à la commission des Finances et la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale. — CELINE BREGAND/SIPA

Fin du premier acte dans la tentative de Veolia pour fusionner avec son rival Suez : Engie, le principal actionnaire, a décidé lundi de lui vendre ses parts, en dépit du vote contraire de l’Etat et même si Suez continue de se battre contre cette opération qu’il juge « hostile ».

Le conseil d’administration d’Engie « a pris acte des engagements pris par Veolia et notamment de son engagement inconditionnel de ne pas déposer d’offre publique d’achat hostile », explique un communiqué du groupe d’énergie. « Dans ce contexte, le conseil a décidé d’accepter l’offre de Veolia. »

Le bras de fer entre les deux fleurons français de l’eau et du traitement de déchets agite la place de Paris depuis que Veolia a annoncé fin août son intention de créer un géant mondial en rachetant l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez, avant de lancer une OPA sur le solde des actions.

Le numéro un mondial du secteur a lundi soir « confirmé son intention d’acquérir le contrôle » de son vieux rival. « Dans le même temps, cette offre ne sera pas lancée sans un accueil favorable du conseil d’administration de Suez », a ajouté Veolia, qui dit souhaiter « reprendre les discussions dès demain » mardi avec Suez.

Pas d’OPA « hostile »

La voie semblait dégagée pour son projet après que le fonds Ardian, présenté comme un recours, eut renoncé à déposer une contre-offre lundi au conseil d’administration d’Engie. L’Etat, actionnaire à hauteur de 22 % d’Engie, a toutefois voté lundi « contre la proposition de cession du bloc de Suez à Veolia », « en l’absence d’accord amiable entre les deux entreprises », a expliqué Bercy dans un communiqué. Mais si « l’Etat a une voix importante, le conseil d’administration doit agir dans l’intérêt de l’ensemble des actionnaires », a expliqué le président d’Engie, Jean-Pierre Clamadieu, à des journalistes après le vote.

L’offre améliorée de Veolia, qui propose à Engie 3,4 milliards d’euros (18 euros par action) pour 29,9 % de Suez, expirait lundi à minuit. Engie avait dit dès mercredi qu’il l’accueillait « favorablement ». Veolia avait en outre accepté dimanche une des conditions qui lui étaient posées, en s’engageant « inconditionnellement » à ne pas déposer par la suite d’offre publique d’achat hostile sur le reste du capital de Suez. Désormais le groupe pourra déposer une « intention d’OPA », sous conditions suspensives liées à l’aval des autorités de la concurrence, ce qui devrait prendre 12 à 18 mois, estime-t-il. Ce qui lui laisse le temps d’échanger avec Suez. Cette offre sera au même prix que celui payé à Engie, soit 18 euros par action, indique Veolia, qui se réserve néanmoins la possibilité de le modifier en cas d’événements susceptibles d’affecter les perspectives de Suez.

A la recherche d'« amicalité »

Suez est très remonté contre ces plans, synonymes selon lui de démantèlement et de casse sociale.

L’offre de Veolia « est hostile, que ce soit celle relative à l’acquisition du bloc de 29,9 % ou du projet dans son ensemble », a redit lundi le conseil d’administration du groupe avant la décision d’Engie.

Le conseil « regrette la précipitation du conseil d’Engie de vouloir décider sans analyse et sans discussion et dialogue préalables d’une offre alternative qui préserve l’intérêt social de Suez », ajoutait-il, confirmant « qu’il mettra en oeuvre tous les moyens à sa disposition pour éviter une prise de contrôle rampante ou un contrôle de fait ».

La position de la direction de Suez est appuyée par les représentants syndicaux du groupe, mais aussi des figures politiques. Des députés LREM avaient ainsi invité le ministre de l’Economie Bruno Le Maire « à donner du temps au temps ». Pour l’Etat, qui avait fixé quatre critères d’acceptabilité à l’offre de Veolia, le prix proposé convenait. Mais manquaient, outre le caractère amical, des précisions notamment de dates dans les garanties sociales apportées.

Un accord reste aussi à trouver sur les actifs de Suez que Veolia acceptera de céder, en plus de la