Rapprochement Suez-Veolia : Suez rejette la nouvelle offre de Veolia

NON MERCI Mais c’est le conseil d’administration d’Engie, maison mère de Suez, qui a le destin de l’entreprise en main

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège de Suez. (illustration)
Le siège de Suez. (illustration) — LUDOVIC MARIN / AFP

Le groupe d’eau et de traitement de déchets Suez a une nouvelle fois repoussé ce mercredi les propositions « floues » de son concurrent Veolia, qui avait dévoilé un peu plus tôt une offre améliorée et des concessions pour racheter 29,9 % détenus par Engie dans Suez. Suez en appelle dans un communiqué « au Conseil d’Engie et à ses actionnaires pour ne pas décider de l’avenir de Suez dans les conditions et le calendrier dictés par Veolia », dont l’offre expire à minuit.

Engie, dont l’Etat détient 23,64 %, réunit ce mercredi un conseil d’administration pour étudier cette proposition, qui pourrait être un premier pas vers un rapprochement des deux géants français du secteur. Veolia avait comme promis amélioré ce mercredi matin son offre, passée de 15,50 à 18 euros par action et qui atteint désormais près de 3,4 milliards d’euros. Il propose aussi à Suez une période de discussions de six mois « pour rechercher les bases communes d’un accord » et s’engage pendant cette période à ne déposer « une offre publique portant sur 70,1 % du capital de Suez qu’à la condition qu’elle soit amicale ».

«Propositions floues»

Mais Suez, qui entend conserver son indépendance, a balayé sans surprise ces propositions. Son conseil d’administration « a constaté que les propositions faites ce jour par Veolia restent floues et qu’elles ne garantissent pas l’intérêt des actionnaires et parties prenantes ».

Le groupe estime ainsi que le projet de Veolia n’offre pas de garanties à ses actionnaires («rien ne garantit qu’ils bénéficieront d’une offre en numéraire au même prix et conditions qu’Engie »), ses salariés et ses clients.