Loisirs, voyages, sport… Force ouvrière lance un CE pour les entreprises de moins de 11 salariés

DROITS Le syndicat Force ouvrière propose un accès gratuit à sa plateforme jusqu’en mars 2021

20 Minutes avec AFP

— 

Les boulangeries sont concernées, ainsi que les salons de coiffure ou les aides à domicile.
Les boulangeries sont concernées, ainsi que les salons de coiffure ou les aides à domicile. — Bruno Poussard / 20 Minutes

Les entreprises de moins de 11 salariés pourraient bénéficier d’un Comité d'entreprise (CE). C’est ce que propose le syndicat Force ouvrière, qui a annoncé ce mardi le lancement d’une plateforme gratuite proposant des services pour les salariés des Très petites entreprises (TPE).

Aides à domicile, salariés de salons de coiffure, de bijouteries, de boucheries, de boulangeries sont concernés par cette mesure… « Notre idée est de les convaincre d’adhérer », a relevé Yves Veyrier, secrétaire général de FO, lors d’une conférence de presse.

Pour des salariés « isolés »

Alors que les TPE n’ont pas de comités d’entreprise, contrairement aux entreprises de plus de 11 salariés, www.tpe.fgtafo.fr propose un accès gratuit jusqu’en mars 2021 aux salariés et aux patrons de TPE. Elle offre les avantages proposés traditionnellement par un CSE (ex-comité d’entreprise ou CE) : loisirs, voyages, sport, mode, mutuelle… Il y a aussi une géolocalisation d’offres d’emploi et un service d’alphabétisation, entre autres.

Pendant le confinement et depuis la crise, « beaucoup de salariés isolés ne disposant pas de syndicats dans leurs entreprises se sont tournés vers nous pour des informations sur les questions sanitaires, l’activité partielle, mais aussi pour des questions de pouvoir d’achat », a souligné Yves Veyrier.

Cette plateforme, « c’est une façon pour FO d’être solidaire avec ces salariés dans la période actuelle », a-t-il ajouté. La cotisation à FO, qui revendique 500.000 adhérents, tourne autour de 100 à 120 euros par an (dont 66 % sont remboursés en crédit d’impôt).

Comités d'entreprise: Quatre salariés sur dix mal informés des offres