Seule la CFDT a souscrit à l'assurance-chômage

— 

La CFDT a décidé hier de signer la convention d'assurance-chômage, négociée entre patronat et syndicats avant Noël. Alors que FO et la CGT ont rejeté le texte, elle a appelé les autres syndicats à « prendre leurs responsabilités » dans l'espoir de ne pas se retrouver isolée. La centrale de François Chérèque est depuis le début la plus favorable à ce texte qui modifie les règles d'indemnisation des chômeurs et prévoit, sous condition, une baisse des cotisations chômage au 1er juillet. Si elle a pointé des « manques » et exprimé de l'« inquiétude » face à l'éventuelle baisse des cotisations, la CFDT a déclaré à l'AFP que l'accord permettait à « des milliers de demandeurs d'emploi, en premier lieu les plus précaires qui étaient exclus jusqu'à ce jour de l'indemnisation, de pouvoir y accéder ».

Alors que François Chérèque avait déclaré le 24 décembre que la CFDT ne signerait pas « toute seule », il se contente maintenant de souligner qu'« une seule signature fragiliserait la force de l'accord ». Rien ne semble acquis pour l'instant du côté de la CFE-CGC, qui se décidera le 20 janvier, et encore moins de la CFTC. Alain Lecanu, représentant CFE-CGC, s'est déclaré jeudi « très réservé ». La CFTC, qui doit se prononcer lundi, semblait également hostile. Pour FO et la CGT, l'indemnisation de nouveaux chômeurs se fera au prix d'une indemnisation de moins longue durée pour d'autres, ce qui revient à « déshabiller Pierre pour habiller Paul ». ■