Airbus vient d'achever l'assemblage à Toulouse du dernier A380

AERONAUTIQUE Ce dernier exemplaire à sortir de la chaîne d’assemblage de l’usine Lagardère à Blagnac sera livré à Emirates l’an prochain

Béatrice Colin

— 

Le dernier A380 d'Airbus vient d'être assemblé au poste 40 de l'usine Lagardère le 23 septembre 2020.
Le dernier A380 d'Airbus vient d'être assemblé au poste 40 de l'usine Lagardère le 23 septembre 2020. — JV. REYMONDON / Airbus
  • En 2000, le programme A380 était lancé. Vingt ans plus tard, le dernier exemplaire du super jumbo d’Airbus sort de l’usine d’assemblage de Blagnac.
  • Ce dernier exemplaire devrait être livré à Emirates, le plus gros client du programme, l’an prochain.
  • L’avenir de la chaîne, qui devait être transformé pour l'A321, est pour l’instant en stand-by à cause de la crise du Covid-19 et son impact sur le trafic aérien.

Une page se tourne chez Airbus, celle de la période ou l’on pensait faire des avions XXL pour transporter en une seule fois plus de 500 passagers. Cette semaine, l’aventure de l'A380 a pris un tournant, après l’annonce l’an dernier de la fin de sa production.

Mercredi, le tout dernier exemplaire du super-jumbo d’Airbus a été assemblé au sein du poste 40 de l’usine Lagardère, à Blagnac, là où le 1er janvier 2005, devant Jacques Chirac, Tony Blair ou encore Gerhard Schröder, le premier exemplaire était dévoilé en grande pompe.

Depuis, la chaîne d’assemblage a produit 251 exemplaires commercialisés, dont neuf restent encore à livrer. Cet exemplaire, comme sept autres, est destiné à la compagnie Emirates, le plus gros client de ce programme, qui devrait en prendre possession l’an prochain.

D’ici là, le MSN 272, le petit nom de ce dernier exemplaire, devra recevoir ses moteurs et mener à bien tous essais, qu’ils soient hydraulique, de jauge carburant ou de pressurisation précise une porte-parole de l’avionneur européen.

La reconversion du poste 40 suspendu

Désormais vide, le poste 40 devait être transformé en ligne d’assemblage supplémentaire pour l'A321. Mais depuis la crise du coronavirus est passée et le projet est en stand-by, la production d’avions sur les chaînes déjà en service tournant au ralenti.

Un investissement pour adapter la chaîne d’assemblage de l’usine Lagardère qu’Airbus ne devrait pas faire de sitôt, la reprise du trafic aérien n’étant toujours pas au rendez-vous et les compagnies aériennes sont loin de se presser pour venir prendre livraison de leurs appareils. Quant aux compagnons qui travaillaient sur l'A380, ils ont ces derniers mois été redéployés sur d’autres programmes, notamment l'A350.