Coronavirus : Le patronat juge « insuffisantes » les aides aux entreprises à nouveau contraintes de fermer

SOUTIEN De nombreux bars et restaurants doivent fermer à nouveau notamment dans les Bouches-du-Rhône

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo du Medef.
Le logo du Medef. — AMEZ UGO/SIPA

Le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) ont jugé vendredi « insuffisantes », les mesures d’aides annoncées jeudi soir par le Premier ministre Jean Castex pour les entreprises forcées de fermer totalement ou partiellement du fait d’un regain de l’épidémie de Covid-19. Elles « ne peuvent suffire à couvrir l’ensemble des pertes économiques engendrées par une décision gouvernementale », a protesté la CPME dans un communiqué.

Elle regrette notamment que ces aides soient « conditionnées à une baisse de chiffre d’affaires d’au moins 50 % », et non généralisées. De son côté, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a estimé que les mesures annoncées « n’empêcheront malheureusement pas les faillites ». « Il faut aller plus loin en compensant, le temps de la fermeture, les pertes d’exploitation », a-t-il réclamé sur Twitter.

Un appel au dialogue

Le Premier ministre a annoncé jeudi soir plusieurs mesures de soutien en terme de chômage partiel, de renforcement du fonds de solidarité et d’exonérations de charges pour les bars, restaurants ou encore salles de sport obligées de fermer ou de restreindre leur activité dans certaines régions. « Les nouvelles règles sanitaires (…) auront un impact économique majeur dans les régions et les secteurs concernés. De plus, de nombreuses entreprises appartenant à des secteurs connexes seront également frappées au cœur », souligne la CPME.

L’organisation en appelle aussi au « dialogue » pour « faire face à la désespérance de nombreux indépendants qui se retrouvent acculés ». « Il est maintenant impératif que les éventuels "tours de vis" visant à éviter la propagation du virus, soient précédés de véritables échanges (…) pour éviter les coups de massues successifs sans une quelconque préparation », ajoute encore la CPME.