Une comparaison plus simple des auto-écoles pour y voir clair

CONDUITE Entré en vigueur cet été, le nouveau contrat-type du permis de conduire conclu entre les auto-écoles et les élèves entend développer la concurrence dans le secteur

J.P. pour 20 Minutes

— 

Un contrat plus clair et plus complet doit être utilisé par les auto-écoles depuis le 1<sup>er</sup> juin 2020.
Un contrat plus clair et plus complet doit être utilisé par les auto-écoles depuis le 1<sup>er</sup> juin 2020. — IStock / City Presse

Près de 1,5 million de Français passent leur permis de conduire chaque année. Un sésame qui a un prix : 1.800 euros en moyenne pour suivre une préparation en auto-école. L’État a décidé de baisser ce coût de l’ordre de 30 %.

Pour ce faire, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures en 2019 visant à promouvoir des modes d’apprentissage moins chers, à pouvoir s’inscrire directement en ligne à l’examen, mais aussi à mettre en place un contrat-type pour développer la concurrence dans le secteur. Un document est entré en vigueur cet été.

Les prestations et le programme de formation dans le détail

À l’heure de choisir une auto-école pour préparer son permis de conduire, il n’est pas toujours évident de savoir vers quel établissement se tourner. Prix, flexibilité des cours, leçons, proximité, pédagogie, plusieurs critères doivent être pris en compte avant de s’engager dans une formation qui peut durer de longs mois. Le nouveau contrat-type, obligatoire depuis le 1er juin 2020, entend clarifier la situation. Il impose non seulement de décrire tous les frais et prestations inclus (livret d’apprentissage, cours théorique et pratique, cours en simulateur, condition d’annulation d’une heure de conduite), mais aussi de détailler le programme de formation choisi par l’élève, avec le nombre prévisionnel d’heures prévues, ainsi que les moyens pédagogiques et techniques mis en œuvre.

Si des démarches administratives restent à la charge du candidat, cela doit également être mentionné. Et s’il faut finalement ajouter des heures de conduite​ en plus, il faudra en passer par un avenant au contrat. Grâce à ce formalisme renforcé, le gouvernement compte empêcher les professionnels d’introduire des frais interdits (comme la facturation prohibée en cas de transfert de dossier à une autre auto-école) et faciliter la comparaison des offres.

C’est pour bientôt

L’État doit prochainement mettre en place un comparateur en ligne alimenté par les données de ce contrat-type, pour permettre aux élèves de comparer les offres, le prix, le succès, le taux de réussite, et ainsi favoriser les meilleures pratiques.