Logement : Agrandir un appartement, une opération délicate

TRAVAUX Plutôt que de déménager, certains préfèrent agrandir leur propre logement

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

Lorsqu’on passe l’essentiel de son temps en dehors de son domicile, on s’accommode facilement d’une petite surface et d’un degré de confort modéré. Mais la donne change dès lors qu’on en est réduit à tourner en rond pendant de longues semaines entre ces quatre murs.

Si le rêve numéro 1 des propriétaires reste d’acquérir une maison à la hauteur de leur besoin d’espace, il est également possible de gagner des mètres carrés supplémentaires en immeuble.

On lorgne sur les communs et chez les voisins

La première option pour agrandir un appartement est d’acquérir une partie commune. Il peut s’agir par exemple d’un local à vélo inutilisé, d’un palier, d’une cave, de combles ou encore d’une chambre de bonne à l’étage. Par ailleurs, de nombreux immeubles intègrent des espaces communs ou privatifs, du type terrasses, toitures, balcons, jardins ou encore cours privatives, qui offrent l’espace nécessaire pour projeter vos rêves d’extension ou de surélévation de votre logement.

Dernière option, vous pouvez choisir d’acheter l’appartement voisin, afin de relier les deux biens en un seul et de limiter les travaux de construction. Encore faut-il que ce dernier soit à vendre, ce qui n’est pas si fréquent. Dans tous ces cas de figure, il faut se plier aux contraintes techniques, mais aussi et surtout au droit de copropriété.

L’assemblée toute-puissante

« Dès lors qu’on effectue des travaux qui touchent à une structure porteuse, il faut en passer par un vote en assemblée générale des copropriétaires », explique Franck Jurquet, responsable juridique chez Caudwell Collection. Tout chantier portant sur du gros œuvre, ce qui est nécessairement le cas dans un tel projet, est ainsi concerné. De même, si vous êtes libre d’acheter comme bon vous semble n’importe quel appartement, l’accord de l’AG est en revanche indispensable pour acquérir une partie commune et pour réunir deux lots, puisque cela implique de modifier l’état descriptif de division. Sachez en outre que si votre projet d’agrandissement vient à modifier la façade extérieure de l’immeuble, ce qui se produit par exemple lorsque vous réunissez deux terrasses en rez-de-jardin, il faudra aussi faire une déclaration préalable de travaux en mairie.

Bien que le plus difficile soit en général d’obtenir l’aval des copropriétaires, il ne faut pas non plus négliger l’aspect technique du chantier. D’infinies précautions doivent être prises pour éviter de porter atteinte à la solidité du bâtiment. C’est pourquoi « les règlements de copropriété prévoient quasi systématiquement que les travaux qui affectent les parties communes soient validés par l’architecte de la résidence ou un bureau d’études structure », précise Franck Jurquet.

Envie d’aller vite ?

Si vous ne voulez pas attendre la prochaine assemblée générale, vous pouvez solliciter une AG extraordinaire à vos frais. Votre dossier doit de toute façon être le plus complet possible puisque vous devez obtenir la majorité absolue des voix de tous les copropriétaires pour qu’il soit accepté. En cas de refus, votre seul recours sera d’aller en justice.