Le coup de frein se confirme sur les chaînes d'assemblage

Angeline Benoit (avec AFP)

— 

Le secteur automobile a terminé l'année dans le mur. Les ventes ont plongé de 16 % en décembre, selon les chiffres publiés hier par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Pourtant, sur l'année, le repli est limité à 0,7 %. La chute des immatriculations ces six derniers mois (- 6,3 %) est intervenue après un solide premier semestre (+ 4,5 %). Le marché a d'abord bénéficié du bonus-malus écologique. Mais la difficulté à obtenir des crédits et la montée du chômage ont fini par peser, explique Guillaume Mouren, analyste chez Xerfi.

Face à la crise, nombre de constructeurs ont eu recours au chômage partiel pour réduire leur production, notamment en fin d'année. Le marché français a baissé de 7,3 % en octobre, puis de 14 % en novembre. En décembre, le groupe Renault affiche une chute de 19,9 %, alors que PSA limite son repli à 0,9 %. Sur l'année, toutefois, les résultats restent en hausse : + 3,5 % pour Renault et + 1 % pour PSA. Les ventes de voitures de marques françaises ont augmenté de 1,2 %, tandis que les étrangères reculaient de 2,7 %. La part de marché des voitures françaises a progressé d'un point, à 52,8 %. Les spécialistes n'attendent pas de reprise avant l'été 2009. Les constructeurs, eux, n'entendent pas prendre de risques. L'usine PSA de Rennes a ainsi annoncé hier cinq jours de chômage partiel par mois en janvier, février et mars, en plus des mesures de « chômage partiel par rotation » déjà annoncées à la fin novembre.