L’enseigne de distribution Bio c’Bon en redressement judiciaire

SUPERMARCHES Bio c’Bon emploie 1.500 personnes et possède 158 magasins en propre

Nicolas Raffin

— 

Des chariots de supermarché (Illustration).
Des chariots de supermarché (Illustration). — Mario FOURMY/SIPA

L’enseigne de distribution spécialisée Bio c’Bon, en difficulté financière et qui intéresse plusieurs acteurs du secteur, a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, a annoncé le groupe mardi dans un communiqué.

« Cette décision s’inscrit dans le cadre du processus de cession concurrentielle qui a été initié durant l’été », explique Bio c’Bon, qui avait indiqué fin août avoir reçu cinq marques d’intérêt d’autres groupes. Le placement en redressement judiciaire va « permettre aux différents acteurs qui avaient manifesté un intérêt pour notre enseigne de remettre une offre de reprise formelle ».

De nombreuses enseignes intéressées

Cité dans le communiqué, le président de Bio c’Bon Thierry Chouraqui s’est dit « positif » en ce qui concerne l’avenir de l’entreprise, « car les multiples marques d’intérêts qui se sont manifestées semblent rassurantes ». « Et nous sommes confiants que l’option retenue sera celle qui permettra d’assurer le plus durablement les emplois du groupe », plaide-t-il.

Le groupe familial Zouari, actionnaire de référence de l’enseigne de surgelés Picard et l’un des principaux franchisés de Casino, a déjà manifesté son intérêt. Carrefour, Casino et les enseignes spécialisées Biocoop, La Vie Claire et Naturalia seraient aussi intéressés, selon Le Figaro.

Fondé en 2008 par Thierry Brissaud, Bio c’Bon emploie 1.500 personnes et possède 158 magasins en propre. Troisième distributeur spécialisé en France en termes de parts de marché derrière Biocoop et Naturalia, il est le seul à s’être implanté à l’étranger avec près de 40 points de vente en Italie, Espagne, Suisse, Belgique et Japon.