Le redressement de l’économie française « moins rapide » en fin d’année, le taux de chômage pourrait grimper à 9,5 %

CROISSANCE MOLLE La chute du PIB devrait atteindre 9 % à la fin de l’année

20 Minutes avec AFP

— 

L'hôtellerie restauration reste très touchée par la crise sanitaire.
L'hôtellerie restauration reste très touchée par la crise sanitaire. — ISA HARSIN/SIPA

Après le rebond de l’activité permis par le déconfinement, la reprise de l’économie française sera « moins rapide » en fin d’année et le chômage devrait grimper autour de 9,5 %, selon l’Insee (contre 7,1 % début 2020), certains secteurs restant affectés par les contraintes liées à l’épidémie.

Ainsi, si l’économie devrait retrouver 95 % de son niveau d’avant crise au troisième trimestre, elle « aborde la rentrée comme un moteur qui serait tout à la fois bridé et dopé », souligne l’Institut national de la statistique (Insee) dans un nouveau point de conjoncture publié mardi.

Rebond automatique

« Il est bridé par le contexte sanitaire avec un virus qui circule toujours activement, impose des restrictions et crée de l’incertitude même si l’on espère pouvoir mieux cohabiter avec lui, mais dopé par les politiques économiques mises en place avec des soutiens massifs d’urgence et le plan de relance », a souligné à l’AFP Julien Pouget responsable du département de la conjoncture à l’Insee.

La chute historique de 13,8 % du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre devrait donner lieu à un rebond mécanique au troisième de +17 %, un peu inférieur au +19 % auparavant anticipé. Ensuite, la croissance ne sera que de 1 % au quatrième trimestre, « reflétant la divergence entre des secteurs presque revenus à la normale et d’autres restant déprimés ».

L’hôtellerie restauration toujours déprimée

L’Insee a toutefois confirmé sa prévision d’une contraction du PIB d’environ 9 % sur l’ensemble de l’année 2020, prévoyant qu'« à la fin de l’année, l’activité économique resterait toujours en deçà de son niveau d’avant-crise », d’environ -4 %.

Le gouvernement table lui toujours sur une récession de -11 %, mais le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a déjà indiqué qu’il reverrait sans doute à la baisse cette estimation d’ici la présentation du budget 2021 fin septembre.

Les chiffres de l’Insee montrent que « nous avons su amortir le choc de la crise et que nous avons mis les moyens nécessaires pour (…) préserver l’emploi et le pouvoir d’achat » des Français. « Nous sommes dans la bonne direction », a réagi Bruno Le Maire, lors d’une conférence de presse de présentation d’un plan de soutien à l’hydrogène.

Pour Julien Pouget, « le plus gros du chemin a été fait pour ceux des secteurs qui ont pu redémarrer quasi normalement leur activité ». « Il reste le plus dur, c’est-à-dire les secteurs qui sont très affectés, car ils pâtissent du contexte sanitaire, par exemple la fabrication de matériels de transport, les services de transport, l’hébergement-restauration, l’évènementiel », analyse-t-il.

715.000 emplois déjà perdus

Conséquence, le redressement de l’économie sera « moins rapide » d’ici la fin de l’année et le taux de chômage devrait grimper « autour de 9,5 % » fin 2020, soit 1,4 point de plus qu’un an plus tôt, après une perte de 715.000 emplois sur le seul premier semestre.

L’incertitude liée à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 qui connait un regain important de contaminations en France depuis plusieurs semaines incite ménages et entreprises à la prudence. L’Insee souligne aussi « le risque d’un choc significatif de demande », avec une consommation qui resterait atone du fait d’une confiance des ménages toujours inférieure à son niveau d’avant crise.

A l’inverse, le soutien d’urgence massif mis en place par le gouvernement depuis le début de la crise, ainsi que les premiers effets à venir du plan de relance – même si l’Insee les attend surtout en 2021 – vont contribuer au dynamisme de la reprise.

Le gouvernement compte notamment sur le plan de relance de 100 milliards d’euros pour insuffler un message de confiance aux ménages et aux entreprises, les incitant à consommer et investir.