Energie : Comment faire si l’on souhaite changer de fournisseur ?

ARGENT Depuis 2007, le marché de l’énergie s’est libéralisé, proposant aux consommateurs un choix de fournisseurs de plus en plus vaste

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Pour échapper à la hausse des tarifs réglementés de l'énergie, les particuliers peuvent faire jouer la concurrence.
Pour échapper à la hausse des tarifs réglementés de l'énergie, les particuliers peuvent faire jouer la concurrence. — IStock / City Presse

Huit ménages sur dix sont soumis aux tarifs réglementés d’EDF. Or, ces derniers ne cessent d’augmenter. Selon une étude de l’Insee parue en 2019, le prix de l’ électricité a explosé de 50 % en dix ans (entre 2007 et 2016). Quant au tarif du gaz naturel, il a augmenté de plus de 16 % entre 2009 et 2019, selon les estimations du site LeLynx.fr.

Face à cette augmentation de leurs factures, beaucoup de Français pensent encore à tort qu’ils ne peuvent rien faire. Pourtant, la mise en concurrence du marché remonte à plus d’une dizaine d’années. Quelle est la marche à suivre pour changer de fournisseur d’énergie.

Un tarif fixe ou indexé ?

Près d’une trentaine d’opérateurs pratiquent aujourd’hui des prix libres. Même EDF et Engie s’y sont mis en parallèle des tarifs réglementés. D’après une étude de 2017 du magazine 60 millions de consommateurs, le choix d’une offre plus compétitive permettrait de réaliser environ 100 euros d’économies par an sur une facture de plus de 1.000 euros.

La facturation peut tout d’abord être fixe. Le fournisseur s’engage alors à maintenir le prix convenu pendant un, deux, trois ou quatre ans. Mais souvent, seul le prix du kilowattheure est fixe. Vous n’êtes donc pas à l’abri d’une hausse de l’abonnement ou des taxes. Ce type d’offre a été démocratisé par les opérations d’achat groupé, telles que la campagne « Énergie moins chère ensemble » menée par UFC Que Choisir.

Autre option : l’indexation. L’opérateur applique une remise par rapport au tarif réglementé. Si ce dernier augmente, votre facture grimpera également, tout en restant à un certain pourcentage moins cher comparé à ce prix de référence. La réduction de l’addition est donc durable, sous réserve que le montant total initial (consommation + abonnement + taxes) soit réellement inférieur à celui de l’offre classique en tarif réglementé.

Passer le cap

Opter pour un autre fournisseur d’énergie n’implique jamais aucune période minimale d’engagement. Vous pouvez changer d’opérateur à tout moment et autant de fois que vous le souhaitez, que ce soit pour profiter des prix libres ou pour revenir aux tarifs réglementés.

De plus, le changement de fournisseur est gratuit. Il vous suffit de signer un contrat avec votre nouvel opérateur, ce qui entraînera la résiliation automatique de votre précédente offre, sans besoin de réaliser une quelconque démarche. Vous redoutez une coupure de courant ou des travaux ? Votre ancien fournisseur doit vous fournir en énergie jusqu’à la date de la prise d’effet du changement. Quant à votre compteur d’électricité ou de gaz, il n’a à subir aucune intervention.

Un comparatif délicat

C’est bien beau de vouloir changer de fournisseur, mais encore faut-il trouver une offre intéressante. Problème : les économies annoncées cachent souvent des modalités différentes et ne reflètent donc pas la réalité. Pour éviter les mauvaises surprises, vous devez comparer les offres en prix TTC, en incluant le prix du kilowattheure et celui de l’abonnement.

La plateforme officielle Energie-info.fr vous permet de visualiser l’ensemble des opérateurs d’énergie présents dans votre commune et de les comparer par rapport à votre consommation. Vous pouvez également utiliser le comparateur disponible sur le site web d’UFC Que Choisir, qui présente l’avantage d’indiquer le montant d’économie ou de surcoût à attendre pour chaque offre.