Tourisme : Nombre de places, repas, services… Quelles sont les règles pour une chambre d’hôte ?

ARGENT Les chambres d’hôte ont le vent en poupe. Mais que cache cette appellation ?

Agence pour 20 Minutes

— 

Hébergement convivial et authentique, la chambre d'hôte a tout pour séduire les touristes.
Hébergement convivial et authentique, la chambre d'hôte a tout pour séduire les touristes. — IStock / City Presse

Amateurs de grand air et d’un cadre simple et authentique, la chambre d'hôte est faite pour vous. Et pour cause, puisque c’est l’habitant qui vous accueille sous son propre toit. Contrairement à un gîte ou une résidence de tourisme, qui se présente sous la forme d’une location meublée indépendante, la chambre d’hôte se situe en effet obligatoirement dans la résidence principale, ou une de ses dépendances, de votre logeur. Un moyen de favoriser la convivialité.

Si un simple particulier peut s’improviser chambre d’hôte en déclarant son activité en mairie, il doit cependant respecter certains principes pour rester dans les clous, comme l’a récemment rappelé le ministère de l'Économie.

Le repas facultatif

En charge de l’accueil et du ménage, le propriétaire ne peut pas proposer plus de cinq chambres (d’une surface d’au moins 9 m2) ni héberger plus de quinze personnes. Vous vous demandez à quel type de service vous aurez droit durant votre séjour ? Sachez que cette offre s’accompagne forcément d’un petit déjeuner et de la fourniture du linge de maison. En revanche, le repas reste facultatif. Le plus souvent, les chambres d’hôtes qui en proposent utilisent d’ailleurs la dénomination de « table d’hôtes », ce qui les autorise à servir uniquement à manger aux occupants hébergés.

Dans tous les cas, une facture comportant toutes les informations légales et précisant le prix, les taxes et les services compris dans la prestation doit vous être fournie à la fin de votre séjour.