Coup de frein sur l'inflation en août, la consommation des ménages stabilisée en juillet

ECONOMIE L’Insee explique ce ralentissement de l’inflation par un repli des prix des produits manufacturés, «en lien avec le décalage des soldes d'été», et également d'un ralentissement de ceux de l'alimentation

20 Minutes avec AFP

— 

Une vitrine de soldes. (illustration)
Une vitrine de soldes. (illustration) — DAINA LE LARDIC/SIPA

L'inflation en France a connu un coup de frein en août à 0,2% sur un an, après 0,8% en juillet, a indiqué vendred i l'Insee selon des chiffres provisoires, soulignant également que juillet avait vu les dépenses de consommation des ménages se stabiliser.

En août, le ralentissement de la hausse des prix à la consommation s'explique par un repli des prix des produits manufacturés, «en lien avec le décalage des soldes d'été», et également d'un ralentissement de ceux de l'alimentation, a détaillé l'Institut de la statistique.

«En revanche, les prix de l'énergie baisseraient moins sur un an qu'en juillet. Enfin, les prix des services et du tabac augmenteraient au même rythme que le mois précédent», a précisé l'Insee.

Après une forte accélération de l’inflation en juillet

En juillet, l'inflation avait fortement accéléré (+0,8%) par rapport à juin, mois au cours duquel les prix n'avaient augmenté que de 0,2% sur un an, et de 0,1% sur un mois.

Sur un mois, les prix à la consommation «se replieraient de 0,1%, après +0,4% le mois précédent. Les prix des produits manufacturés baisseraient nettement, après une stabilité en juillet. Ceux de l'énergie et des services ralentiraient et ceux du tabac seraient stables», selon l'Insee. L'institut a également noté que les prix de l'alimentation «rebondiraient légèrement dans le sillage des prix des produits frais, après une nette baisse le mois précédent».

Sur un an, l'indice des prix à la consommation harmonisé ralentirait à +0,2%, après +0,9% en juillet. Sur un mois, il se replierait de 0,1%, après +0,4% le mois précédent.

Les dépenses des menages se sont stabilisées cet été

L'Insee a également fait le point vendredi sur les dépenses de consommation des ménages: elles se sont stabilisés en juillet (+0,5%) après avoir bondi en mai et juin à la sortie du confinement (+35,5% et +10,3% respectivement). La consommation des ménages retrouve ainsi «quasiment» son niveau de novembre 2019, a résumé l'institut.

Dans le détail, les dépenses en énergie augmentent assez nettement par rapport à juin (+4,5%): «en particulier, la consommation de carburants augmente de nouveau fortement (+9,1% par rapport à juin)», a mis en avant l'Insee. Les dépenses en habillement-textile augmentent de nouveau (+1,3%), notamment grâce aux achats de vêtements et de chaussures. De son côté, la consommation de biens fabriqués ralentit fortement après être revenue à son niveau usuel en juin (+0,3%) et la consommation alimentaire diminue (-1,0%).