Coronavirus en Paca : Les restrictions allemandes et belges jugées « injustes » pour le tourisme

ECONOMIE Le président du comité régional du tourisme de Provence-Alpes Côte d'Azur dénonce les restrictions de voyage imposées aux voyageurs allemands et belges

20 Minutes avec AFP

— 

Des touristes devant le célèbre café Sénéquier de Saint-Tropez
Des touristes devant le célèbre café Sénéquier de Saint-Tropez — Valéry Hache / AFP

Des décisions « violentes et injustes » : le président du Comité régional du tourisme de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur​, une des plus visitées de France, a regretté jeudi les restrictions de voyage imposées par l'Allemagne et la Belgique  après la Grande-Bretagne.

« Les messages des derniers jours sont très anxiogènes pour nos professionnels. On a commencé par l’Angleterre, il y a eu un retour massif (en Grande-Bretagne) de la clientèle anglaise. Maintenant on parle de l’Allemagne, de la Belgique », a regretté François de Canson.

Zone à risque

Berlin a placé lundi l’Ile-de-France, avec Paris, et Provence-Alpes-Côte d’Azur en zones à risque, en raison du nombre élevé de cas d’infections au nouveau coronavirus, en recommandant d’éviter « les voyages touristiques, non indispensables ».

De son côté, la Belgique a classé en « zones rouges » Paris ainsi que plusieurs départements français, dont deux en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. La Grande-Bretagne avait déjà imposé à la mi-août une quatorzaine aux voyageurs venant de France.

La décision de l’Allemagne de déconseiller les voyages non essentiels est celle qui suscite le plus d’inquiétude dans le Sud-Est de la France. C’est « un nouveau coup dur », a affirmé le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier. Il a rappelé que les Allemands comptaient dans le top 5 des clientèles internationales dans cette partie de la France et venaient très nombreux au mois de septembre, à l’arrière-saison.