Coronavirus : La compagnie Emirates desservira toutes ses destinations à l’été 2021

AERONAUTIQUE La plus grande compagnie du Moyen-Orient, basée à Dubaï, espère desservir 100 % de ses destinations d’ici à l’été 2021, après avoir réduit sa voilure en raison de la pandémie

20 Minutes avec AFP

— 

Un Airbus A380 de la compagnie Emirates
Un Airbus A380 de la compagnie Emirates — Caro / Sorge/SIPA

La compagnie aérienne Emirates a annoncé jeudi prévoir de desservir à nouveau « toutes ses destinations » d’ici à l’été 2021, après avoir réduit sa voilure en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

La plus grande compagnie du Moyen-Orient, basée à Dubaï et qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, a interrompu ses activités fin mars en raison du Covid-19.

Elle a repris deux semaines plus tard une activité réduite, assurant notamment des vols de rapatriement, avant d’augmenter progressivement ses vols après l’assouplissement des restrictions de voyage par Dubaï pour relancer son secteur touristique.

« Nous avons presque doublé le nombre de passagers » en un mois

« Je pense que nous pouvons facilement dire qu’à l’été 2021, nous desservirons 100 % de nos destinations », a affirmé Adel Al-Redha, directeur des opérations d’Emirates, à la chaîne CNBC.

« Evidemment, la fréquence des vols dépendra de la demande et des restrictions qui devront se relâcher dans certains aéroports et certains pays », a-t-il ajouté, précisant que la compagnie envisageait de desservir ainsi 143 destinations l’été prochain.

D’après le site internet du transporteur, Emirates vole actuellement vers 70 destinations. « Si je compare notre performance actuelle avec celle d’il y a un mois, nous avons presque doublé le nombre de passagers », a indiqué Adel Al-Redha.

Les suppressions d’emplois pourraient atteindre 15 % des effectifs de la compagnie

Le PDG de la compagnie, Tim Clark, avait estimé début juin qu’il faudrait jusqu’à quatre ans pour que les opérations d’Emirates reviennent à un « certain degré de normalité » et que les suppressions d’emplois pourraient atteindre 15 % des effectifs de la compagnie, soit 9.000 postes.

Jusqu’ici, Emirates n’a pas communiqué de chiffres sur les suppressions d’emplois déjà annoncées depuis le début de la pandémie.

L’industrie du transport aérien a joué un rôle-clé pour faire de Dubaï une plaque tournante mondiale du tourisme et des transports. L’émirat a accueilli plus de 16 millions de visiteurs en 2019 et visait cette année 20 millions de touristes.