Parking : Les clés pour investir sans se tromper

ARGENT Plutôt que d’opter pour un coûteux et contraignant investissement locatif, l’achat de parkings est une alternative simple et économique

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

IStock / City Presse

La pierre a toujours été un placement de choix pour se constituer un patrimoine sur le long terme. Ceci dit, acheter un logement pour le mettre en location et en tirer des revenus n’est pas sans risques.

Plutôt que la pierre, les investisseurs peuvent alors se tourner vers le béton, et plus précisément vers l’acquisition d’une place de stationnement.

Un marché porteur

Si le souffle écologique nous incite de plus en plus à délaisser nos voitures, leur abandon pur et simple n’est pas pour demain. L’étalement urbain et le manque de transports en commun alternatifs contraignent toujours de très nombreux particuliers à parcourir des kilomètres avec leur véhicule, avant de devoir s’acquitter de tickets d’horodateurs souvent prohibitifs pour se garer non loin de leur travail. Cette manne d’automobilistes est une chance pour les investisseurs. Moins chère, peu contraignante et plus rentable qu’un logement, la place de stationnement a de quoi séduire les épargnants en quête de rentabilité.

Côté prix, le ticket d’acquisition s'élève à 25.000 euros en moyenne, selon une enquête 2019 de SeLoger.com. Mais la facture peut varier de plusieurs milliers d’euros en fonction de la localité. Alors qu’un parking coûte à peine 10.000 euros à Saint-Étienne, il explose sans surprise le compteur avec 34.600 euros à Paris.

L'achat d'un parking destiné à la location peut être un investissement avantageux, sous réserve de bien le choisir.
L'achat d'un parking destiné à la location peut être un investissement avantageux, sous réserve de bien le choisir. - IStock / City Presse

La liberté de location

Une fois en votre possession, ce bien ne vous coûtera presque rien, puisque les charges d’entretien et les frais de rénovation sont négligeables. Quant à sa mise en location, elle se fait en toute simplicité. Lorsque le stationnement n’est pas attaché à un logement, il échappe en effet aux règles du bail d’habitation pour n’être soumis qu’au Code civil. Dès lors, ce type de contrat n’implique ni plafonnement de loyer ni préavis de départ de trois mois (un mois suffit). De même, il suffit d’attendre l’échéance pour donner librement congé, sans aucune justification. Le seul impératif est de rédiger un contrat écrit qui récapitulera les conditions de la location.

Cette transaction peut vous permettre d’empocher quelque 91 euros de loyer mensuel, selon l’enquête 2019 de SeLoger.com, pour un rendement annuel oscillant entre 4 et 8 % selon les communes. En déclarant ces revenus dans le cadre du régime micro-foncier (moins de 15.000 euros par an), vous profiterez d’un abattement fiscal de 30 %. Et à l’heure de la revente, vous serez exonéré de l’impôt sur la plus-value immobilière si le prix est inférieur à 15.000 euros.

Les règles d’or

Comme tout investissement, l’achat d’une place de stationnement ne doit toutefois pas se faire à la légère. En la matière, c’est d’abord l’emplacement qui compte. Privilégiez les zones tendues, à l’image des centres-villes des grandes agglomérations, dans lesquels se garer relève du véritable casse-tête. Mais attention, d’un quartier à l’autre, la donne peut être très différente, en fonction de la densité d’habitations et des stationnements gratuits ou payants existants. C’est pourquoi il est intéressant de s’assurer qu’aucun projet de parking n’est prévu dans le secteur avant de s’engager dans cette voie.

Les caractéristiques de l’emplacement ont elles aussi leur importance. Bien qu’il soit plus cher à l’achat, le box est davantage recherché que la simple place, pour sa sécurité et son espace de stockage. Les premiers et seconds sous-sols surveillés par des caméras sont les plus convoités par les utilisateurs. Attention enfin aux dimensions du garage (2,50 m x 5 m dans l’idéal), car celui-ci doit pouvoir accueillir les plus gros véhicules.

Gare aux arnaques

En juin 2020, l’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme du secteur, a mis en garde les particuliers contre des escroqueries liées à l’achat de places de stationnement. De nombreux épargnants ont en effet été contactés par des soi-disant professionnels vantant les mérites de ce type d’acquisition, notamment lorsque les parkings sont situés dans des aéroports européens. Renvoyées sur une plateforme en ligne, les victimes signent alors un faux contrat et virent les fonds sans espoir de les récupérer. Pour éviter ces arnaques, méfiez-vous des sollicitations par téléphone ou mail, ainsi que des publicités douteuses qui pullulent sur la Toile. Privilégiez plutôt un achat classique, en passant par une agence immobilière ou des sites de petites annonces.