Bernard Arnault rétrograde à la sixième place des plus grandes fortunes mondiales

RICHESSE Le plus riche des Français a vu sa fortune fondre de 26 milliards depuis le début de l’année, pour descendre à 79 milliards de dollars

X.M.

— 

Le PDG de LVMH, Bernard Arnault.
Le PDG de LVMH, Bernard Arnault. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La pandémie de coronavirus a aussi eu son petit effet chez les plus riches. Et, la principale personne à en faire les frais n’est autre que Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH. Mardi, dans le classement en continu de Bloomberg, le Français est rétrogradé à la sixième place des plus grandes fortunes mondiales. Avec une richesse de 79 milliards de dollars, il a vu passer devant lui l’homme d’affaires indien Mukesh Ambani, patron du conglomérat Reliance, et ses 79,8 milliards et l’investisseur américain Warren Buffet doté lui de 80,4 milliards.

Il faut dire que la crise sanitaire internationale a particulièrement touché l’industrie du luxe, ce qui a contribué à faire perdre à l’homme d’affaires 26 milliards de dollars depuis le début de l’année. Le numéro un mondial, LVMH a annoncé le 27 juillet un bénéfice net divisé par six au premier semestre. Sa marge opérationnelle, indicateur de sa rentabilité, s’est affaissée à 9 %, contre 21 % un an plus tôt. « Je ne crois pas avoir jamais vu un alignement des planètes qui soit aussi négatif », a commenté Jean-Jacques Guiony, le directeur financier du groupe qui regroupe 70 maisons (Louis Vuitton, Fendi, Dior, Givenchy, Guerlain, Hennessy ou encore Sephora).

La première femme est française

L’héritière de l’Oréal, Françoise Bettencourt Meyers s’en tire par contre beaucoup mieux depuis le début de l’année. Sa fortune a progressé sur la période de 6 milliards pour atteindre 65 milliards de dollars. Elle demeure ainsi la première femme du classement Bloomberg, où elle occupe la onzième place juste derrière Elon Musk avec ses 67,2 milliards. François Pinault est le troisième Français à apparaître dans ce classement. Avec une richesse approchant les 38 milliards de dollars il ne figure cependant qu’à la 26e place.

Comme chaque année, le classement est dominé par les Américains. Sur les 20 premières fortunes mondiales, 15 viennent des Etats-Unis, deux de France, et le reste d’Inde, d’Espagne et enfin de Chine. Mais, au regard des mouvements de yoyo effectués par les marchés boursiers du fait de l’incertitude économique quant à l’ampleur de la crise, les places sont loin d’être figées.