Tablettes, montres connectées… Un nouvel affichage obligatoire pour les ondes émises

CONSO L’Anses a précisé que les ondes peuvent avoir des effets biologiques sur l’activité cérébrale

M.K. pour 20 Minutes

— 

Le DAS doit désormais être indiqué sur tous les appareils connectés qui ont vocation à être utilisés près du corps.
Le DAS doit désormais être indiqué sur tous les appareils connectés qui ont vocation à être utilisés près du corps. — IStock / City Presse

Tablettes, smartphones, montres et autres gadgets connectés... Les objets susceptibles d'émettre des ondes envahissent notre quotidien. Si l'obligation d'informer le consommateur sur le débit d'absorption des appareils de téléphonie mobile existe déjà, elle est a été étendue depuis le 1er juillet 2020 à tous les équipements radioélectriques.

Qu'est-ce que le DAS ?

En achetant votre smartphone, vous avez peut-être remarqué que le débit d'absorption spécifique (DAS) est renseigné dans les caractéristiques de votre appareil. Cette information est un indice qui signale la puissance du flux d'énergie véhiculée par les ondes radiofréquences absorbées par l'usager lorsqu'il utilise son téléphone. Le DAS se mesure en watts par kilogramme et les valeurs autorisées sont actuellement de 2 W/kg pour la tête et le tronc, et de 4 W/kg pour les membres.

Pour rappel, en 2019, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) avait précisé que les ondes ont des effets biologiques avérés sur l'activité cérébrale lorsque le DAS dépasse les 2 W/kg.
Ainsi, depuis le 1er juillet 2020, les constructeurs sont obligés de spécifier cet indice sur tous les équipements radioélectriques (et plus seulement sur les téléphones), ayant vocation à être utilisés près du corps. Les valeurs du DAS doivent figurer dans la notice d'emploi des équipements dont la date de première mise sur le marché est postérieure au 1er juillet, ainsi que sur les lieux de vente, à proximité immédiate de l'équipement concerné.