Les pièges à éviter quand on achète une voiture d’occasion

ARGENT Avec près de 5,8 millions d’achats en 2019, le marché de la voiture d’occasion a le vent en poupe

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Entre pros et particuliers, des sites intermédiaires proposent une troisième voie pour acheter votre voiture d'occasion de façon sécurisée.
Entre pros et particuliers, des sites intermédiaires proposent une troisième voie pour acheter votre voiture d'occasion de façon sécurisée. — IStock / City Presse

Lorsqu’on ne veut pas se ruiner pour une nouvelle auto, on se tourne vers un modèle d’occasion. Ce choix, près de 5,8 millions de Français l’ont fait en 2019. Mais d’après une enquête publiée la même année par l’entreprise de sécurisation de paiement Obvy, 15 % des acheteurs sont victimes d’arnaques, tandis que 22 % connaissent une personne qui a été escroquée.

Lors du dépôt en janvier 2020 d’une proposition de loi visant à encadrer le secteur, le sénateur Alain Fouché (LR) a même avancé que la moitié des ventes de véhicules d'occasion comporteraient des fraudes mineures ou graves.

Menez l’enquête

Pour limiter les risques, il faut oublier l’effet coup de cœur et ne pas lésiner sur les précautions d’usage élémentaires. Commencez par vous plonger dans la documentation du véhicule. Rappelons que si le vendeur doit vous fournir un procès-verbal de contrôle technique de moins de six mois et son certificat d’immatriculation (ex-carte grise), il est également souhaitable de lui demander son carnet d’entretien, afin de consulter l’historique des réparations. Si elles sont difficiles à analyser, les factures des garages peuvent aussi donner de précieux indices. Si le code postal des réparateurs est à l’autre bout de la France, cela peut par exemple nécessiter une petite explication. N’hésitez pas non plus à consulter la plateforme officielle Histovec, mise en place par le ministère de l’Intérieur, pour connaître l’historique administratif du véhicule (date d’immatriculation, puissance fiscale, nombre de précédents titulaires, vignette Crit’Air).

Passez ensuite à l’examen de l’auto en inspectant sa carrosserie, son moteur, l’intérieur de l’habitacle et en comparant le kilométrage au compteur à celui des documents fournis. Dernière étape : l’essai sur route. Et on ne parle pas d’un simple petit tour du quartier « Pour vérifier le comportement et la tenue d’une voiture, il faut rouler sur des dos-d’âne, des bosses, prendre des virages et passer tous les rapports de vitesse en allant sur l’autoroute, le tout en faisant attention aux bruits et vibrations éventuels », explique Frédéric Lecroart, cofondateur du site d’achat et de revente Carventura.com.

Un intermédiaire de sécurité

Il n’empêche, entre le kilométrage au compteur trafiqué, le remplacement des pièces mécaniques sans tenir compte du cahier des charges du constructeur et les problèmes de paiement, les mauvaises surprises peuvent être nombreuses. Or, bien que l’achat auprès d’un professionnel offre plusieurs garanties, la majorité des ventes de voitures d’occasion sont réalisées entre particuliers (57 % en 2019, selon le baromètre d’Autoviza). De nouveaux intermédiaires se proposent de sécuriser ces transactions.

Qu’il s’agisse de Carventura.com, Lepiston.fr ou Carizy.com, ces plateformes web interviennent comme des tiers de confiance en encadrant le processus de revente et d’achat à travers divers services proposés en contrepartie d’une commission (plusieurs centaines d’euros). Leurs offres ? Ne mettre en ligne que des véhicules inspectés (de 100 à 200 points de contrôle selon les sites) et testés sur route par leurs soins, les garantir durant plusieurs mois (6 mois en général et jusqu’à 48 mois sur Carventura.com) et veiller à la sécurité du paiement.

Le juste prix

La plupart des gens vendent leur voiture pour en acheter une autre. Plutôt que de s’occuper séparément de ces deux transactions, Frédéric Lecroart conseille de « faire le calcul complet de votre opération pour connaître votre budget et votre reste à financer ». S’il est très délicat d’estimer le juste prix d’une auto, il rappelle également que les tarifs des petites annonces sont souvent surévalués, tandis que la cote Argus​ est en général défavorable aux particuliers.

Vous pouvez alors utiliser des comparateurs et sites web proposant une estimation en fonction de l’état et du kilométrage du véhicule. De même, pour éviter la mauvaise affaire, vous devez vérifier si le modèle convoité a subi des évolutions ces dernières années (options et accessoires compris). La sortie imminente d’une nouvelle version implique en effet une baisse de prix sur les précédentes.