Coronavirus : L’entreprise Eurolines placée en liquidation judiciaire

A l’ARRET La maison mère FlixBus met ses problèmes financiers sur le compte de la crise économique liée au Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Un bus Eurolines à Varsovie le 15 août 2019.
Un bus Eurolines à Varsovie le 15 août 2019. — Gaelle Girbes/SIPA

En 2015, la loi Macron, rédigée par celui qui était alors ministre de l’Economie, libéralisait le transport de passagers en autocar longue distance. Cinq ans plus tard, les « bus Macron » ont du plomb dans l’aile. Le tribunal de commerce de Nanterre a placé mardi en liquidation judiciaire la société de transports par autocars Eurolines, filiale du groupe allemand FlixBus, a indiqué l’avocat des salariés.

Clap de fin le 24 juillet

« Le 24 juillet, il n’y a plus d’activité, la société cesse officiellement », a affirmé Me Pierre-François Rousseau à l’issue de l’audience qui s’est déroulée à huis clos. « La liquidation était attendue (…). On avait obtenu un sursis qui était déjà une victoire pour les salariés », a-t-il rappelé. Fin juin, la direction de FlixBus a demandé l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire pour sa filiale d’autocars interurbains. Mais le tribunal a demandé une poursuite d’activité sous administration judiciaire pendant un mois.

Pour l’avocat des salariés, « Flixbus a vidé de sa substance Eurolines, va maintenant récupérer des parts de marché et aujourd’hui essaie de se débarrasser des salariés sans payer quoi que ce soit en utilisant » comme prétexte la crise économique liée au Covid-19. La décision de liquidation judiciaire concerne 36 salariés encore actifs au sein de la société, alors qu’un peu plus d’une cinquantaine ont déjà été placés en reclassement dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), a précisé pour sa part Mohamed Bessaoud, délégué syndical de la CGT Eurolines.

49 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018

La direction d’Eurolines n’a pas souhaité commenter la décision du tribunal, mais a en effet fait savoir que « l’ouverture d’une procédure collective visant les 36 salariés encore actifs de la société Eurolines apparaît comme inéluctable en raison de la situation comptable et financière dans laquelle se trouve l’entreprise ». Cette situation, poursuit le groupe, a « subitement et fortement » été « aggravée par la crise sanitaire et économique engendrée par la pandémie du Covid-19 ».

Eurolines, dont le siège social est à Nanterre, a été rachetée au printemps 2019 par FlixBus qui est son unique actionnaire. La société a réalisé près de 49 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018, avant son rachat.