Coronavirus : En Espagne, près de 15% des bars, hôtels et restaurants ont fermé

CRISE Fin 2020, 65.000 établissements devraient avoir fermé, soit plus de 20 % du total

20 Minutes avec AFP
— 
Un restaurant et une rue quasi déserts après le reconfinement dans la ville catalane de Lerida, en Espagne.
Un restaurant et une rue quasi déserts après le reconfinement dans la ville catalane de Lerida, en Espagne. — Pau Barreta / AFP

Les terribles conséquences économiques du coronavirus en Espagne. Environ 40.000 établissements d’hôtellerie-restauration ont déjà fermé définitivement dans le pays en raison de la pandémie de Covid-19, plombés par le manque de touristes ou d’employés de bureau, a indiqué mardi l’organisation patronale représentant le secteur.

Ce chiffre représente 13 % du nombre total de cafés, bars, restaurants et hôtels d’Espagne. Ce secteur économique est crucial dans ce pays très touristique dont les habitants prennent aussi de nombreux repas hors de chez eux, selon Hosteleria de España.

Plus de 20 % devraient fermer à la fin de l’année

Fin 2020, 65.000 établissements devraient avoir fermé, soit plus de 20 % du total. « Les pires présages vont se confirmer », a regretté le président de la fédération, José Luis Izuel, lors d’une conférence de presse.

En plein été, et alors que les frontières avec l’Union européenne ont rouvert depuis un mois, « il y a très peu de touristes (…) dans les zones de tourisme pur et dur », comme l’archipel des Baléares où moins de la moitié des bars et restaurants avaient rouvert au 13 juillet, a précisé Izuel. Les affaires sont également très mauvaises dans les quartiers de bureaux des grandes villes, désertés alors que le télétravail est toujours recommandé par le gouvernement.

La crainte d’une perte de plus d’un million d’emplois

« Le télétravail affecte le petit-déjeuner, le pincho de tortilla (morceau d’omelette), les churros (beignets), le menu du jour, en particulier à Madrid », a expliqué Izuel, citant les en-cas traditionnellement consommés par les Espagnols qui prennent souvent leur petit-déjeuner dans les cafés. Le chiffre d’affaires du secteur pourrait être amputé de 50 % en 2020 selon l’organisation, qui craint la perte de 900.000 à 1,1 million d’emplois directs et indirects.

Hosteleria de España demande que « beaucoup de fonds » provenant du plan de relance européen de prêts et subventions approuvé mardi soient destinés à soutenir le secteur de l’hôtellerie-restauration, qui représente 6 % du PIB espagnol et environ 9 % de l’emploi.

Le tourisme dans son ensemble représente 12 % du PIB de l’Espagne, deuxième destination touristique mondiale après la France. Fin juin, le gouvernement a présenté un plan d’aide au tourisme de 4,2 milliards d’euros, composé essentiellement de prêts garantis par l’Etat. Mais le secteur demande des mesures plus fortes : transferts directs d’argent, réductions d’impôts, ou encore « bons vacances » à dépenser pour les Espagnols, comme le fait l’Italie. Avec plus de 28.400 décès officiellement recensés, l’Espagne est l’un des pays les plus affectés par la pandémie.