Plan de relance de l’UE : 40 milliards d’euros de subventions pour la France, un plan dénoncé par l’opposition

EUROPE La France pourra disposer de 40 milliards d’euros de subventions mais le plan de relance européen signé mardi à l’aube par les 27 Etats membres de l’UE a été dénoncé par l’opposition

T.L.G. avec AFP

— 

Coronavirus: Accord sur le plan de relance de l’Union européenne — 20 Minutes

La France pourra disposer de 40 milliards d’euros de subventions dans le cadre du plan de relance européen signé mardi à l’aube par les 27 Etats membres de l'Union Européenne, a indiqué mardi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Sur les 750 milliards d’euros mobilisés au niveau européen, dont 390 milliards d’euros de subventions alloués aux Etats les plus frappés par la pandémie, « ça veut dire 40 milliards d’euros de subventions pour la France […] et surtout qui sont immédiatement disponibles », a affirmé le ministre sur Franceinfo. « Parce que […] la relance c’est maintenant, il n’y a pas un instant à perdre », a-t-il insisté, précisant que cet argent contribuera à financer le plan de relance français de 100 milliards d’euros sur deux ans.

20 milliards pour la transition écologique

Ce plan de relance, qui sera présenté dans le détail lors du Conseil des ministres de rentrée le 24 août, comprend notamment une enveloppe de 40 milliards d’euros pour le développement de l’industrie et 20 milliards pour la transition écologique.

Les fonds européens permettront par exemple de financer des investissements dans l’hydrogène, la rénovation énergétique des bâtiments et l’hôpital, a énuméré Bruno Le Maire. « Cet argent va aller très directement à la vie quotidienne des Français », a-t-il défendu.

Un accord dénoncé par l’opposition

Cet accord européen a toutefois été critiqué par l’opposition, à gauche comme à droite. « Un accord historique peut-être, mais que de concessions ! », a réagi l’eurodéputée LR Agnès Evren.

« Macron vient de signer le pire accord pour la France de toute l’histoire de l’UE ! Pour protéger son ego, il sacrifie notre avenir et notre indépendance : impôts européens, abandon de notre agriculture, engagement financier colossal du pays », a tweeté la présidente du RN Marine Le Pen.

« Macron a tout cédé : des rabais de cotisations aux pays radins, des contrôles de dépenses, la baisse du montant du plan de relance etc. Bérézina. Au secours la propagande », a réagi le patron des insoumis Jean-Luc Mélenchon.