Pratiques anticoncurrentielles : L’Europe ouvre une enquête sur Alexa, Siri et Google Assistant

TRUST La Commission européenne s’inquiète d’une probable distorsion de la concurrence dans le secteur des assistants vocaux

20 Minutes avec agence

— 

Une enceinte connectée Google Home
Une enceinte connectée Google Home — Geeko

La Commission européenne s’intéresse aux assistants vocaux des GAFA. Alexa, Google Assistant et Siri sont suspectés par l’institution de menacer la libre concurrence. C’est pourquoi une enquête « sur les pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des biens et services de consommation liés à l’Internet des objets dans l’Union européenne » a été lancée, relaye PhonAndroid.

Ouvrir la concurrence

Jusqu’à très récemment, lorsque Siri était sollicité pour la recherche de musiques, il était impossible de choisir Spotify comme plateforme par défaut. Si une question est posée à Alexa, l’assistant mis au point par Amazon, elle redirige sur la plateforme de vente du marchand. Quant à Google Home, les recherches effectuées via l’assistant renvoient à des résultats fournis par le moteur de recherche du géant américain.

Cette enquête de la Commission européenne pointe la menace que représente la concentration de ces services pour le consommateur. Aucune sanction n’est pour l’instant promise, l’institution tente de percevoir les enjeux concurrentiels du secteur et quelle solution envisager pour faire jouer d’autres entreprises, précise le média spécialisé. L’enquête va s’intéresser à plus de quatre cents entreprises du secteur.

L’enjeu des données personnelles

Le sujet d’inquiétudes concerne les données personnelles. « L’accès à de grandes quantités de données des utilisateurs semble être la clé de la réussite de ce secteur. Aussi, nous devons faire en sorte que les acteurs du marché n’utilisent pas le contrôle qu’ils exercent sur ces données pour fausser la concurrence ou fermer ces marchés aux concurrents », a expliqué la Commissaire Marghrete Vestager.

Cette enquête devrait déboucher sur un rapport préliminaire en vue d’une consultation début 2021, souligne PhonAndroid. Pour le rapport final, il faudra attendre mi-2022.