Coronavirus : Air France obtient un deuxième vol hebdomadaire vers la Chine

DIPLOMATIE AERIENNE Les autorités chinoises n’accordaient, jusqu’alors, qu’un seul vol aller-retour pour les compagnies aériennes par crainte de l’arrivée de malades du Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un avion d'Air France.
Illustration d'un avion d'Air France. — J.M. HAEDRICH/SIPA

La France faisait pression en ce sens depuis quelques jours. Air France a obtenu un deuxième vol hebdomadaire Paris-Shanghai, opérationnel à partir de la semaine prochaine, a indiqué, ce jeudi, l’ambassade de France en Chine.

La Chine, premier pays où le coronavirus a été repéré fin 2019, a drastiquement réduit depuis fin mars ses liaisons aériennes avec le reste du monde, par crainte de l’arrivée de malades du Covid-19.

Zéro mort de Covid-19 depuis la mi-mai

Le pays asiatique, où l’épidémie est pratiquement éradiquée avec zéro mort depuis la mi-mai, autorise toutefois, depuis le 8 juin, plusieurs compagnies étrangères à assurer une liaison hebdomadaire depuis et vers son territoire.

La Chine ayant trois grandes compagnies volant à l’international (Air China, China Eastern, China Southern), ces dernières pouvaient jusqu’ici effectuer chacune un vol Chine-France par semaine - soit trois au total.

La France veut obtenir les mêmes droits pour Air France. C’est-à-dire trois liaisons hebdomadaires avec le pays asiatique. Et non pas seulement une, comme c’était le cas jusqu’à présent.

Au nom de la « réciprocité »

Devant la lenteur supposée des démarches, la France avait décidé il y a quelques jours de prendre une mesure de rétorsion : limiter à un vol hebdomadaire la desserte du territoire français par des compagnies chinoises, au nom de la « réciprocité ». Pékin avait dénoncé une décision « incompréhensible ».

L’annonce intervient au lendemain d’une discussion entre Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, et Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron.