Interview du 14-Juillet : La suppression de la taxe d’habitation pour les plus riches pourrait être reportée

IMPOTS Le gouvernement avait décidé de la suppression cet impôt qui devait initialement s’étaler jusqu’en 2023 pour les 20 % les plus aisés

T.C. avec AFP

— 

Emmanuel Macron est interviewé en ce 14 juillet par Léa Salamé et Gilles Bouleau.
Emmanuel Macron est interviewé en ce 14 juillet par Léa Salamé et Gilles Bouleau. — Stefano RELLANDINI / AFP

Trouver de l’argent pour relancer une économie en berne. Lors de son allocution télévisée, lundi, Emmanuel Macron a annoncé un plan de relance « massif » de 100 milliards d’euros. Il sera financé par des aides européennes et par l’endettement. Mais sans augmentation d’impôt, a assuré le chef de l’Etat qui a écarté un rétablissement « absurde » de l’ISF qui « ne règlerait rien ». Il envisage néanmoins de « décaler un peu, pour les plus fortunés » la suppression de la taxe d'habitation, « ce qui peut être quelque chose de légitime en période de crise ».

Le gouvernement avait décidé de supprimer cet impôt en plusieurs étapes : 80 % des foyers concernés en seront totalement exemptés cette année et la suppression doit en principe s’étaler jusqu’en 2023 pour les 20 % les plus aisés. « L’esprit de justice, sans envoyer un signal désastreux, pourrait être de dire : ceux qui payent la taxe d’habitation pour lesquels elle n’avait pas encore baissé, on pourrait prendre quelques années », a déclaré le président de la République, vantant une logique de « bon sens ».