Crise économique: Xavier Bertrand considère que le gouvernement doit « aller beaucoup plus vite »

RELANCE Le président des Hauts-de-France veut le vote de mesures dès juillet comme une baisse de la TVA dans la restauration et dans le bâtiment à 5,5 %

20 Minutes avec AFP

— 

Xavier Bertrand à La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, le 17 mai 2020.
Xavier Bertrand à La Ville-aux-Bois-lès-Dizy, le 17 mai 2020. — Stephane Lemouton -POOL/SIPA

Le message du président ex-LR de la région Hauts-de-France est clair : « les gens n’attendent pas des envolées lyriques mais des mesures concrètes. L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi ! ». Xavier Bertrand estime donc qu’il faut « aller beaucoup plus vite » dans la relance économique du pays pour qu’il soit capable d’encaisser « le premier choc de la crise » à la rentrée.

Un « contrat d’accès à l’emploi pour les jeunes »

« On nous avait promis un plan massif pour l’emploi des jeunes pour début juillet. Il n’y a toujours rien », déplore dans le Journal du dimanche le potentiel candidat à la présidentielle en 2022. Il suggère ainsi que des mesures soient votées dès juillet dans le projet de loi de finances rectificative en discussion au Parlement.

Xavier Bertrand propose notamment un « contrat d’accès à l’emploi pour les jeunes » en échange de primes et d’exonérations de charges pour les entreprises, d’un coût d’environ 10 milliards d’euros. « C’est important, mais l’effondrement économique et social est un péril beaucoup plus grave et plus imminent que la dette », selon l’ancien ministre du Travail. Il suggère également « une garantie revenu-formation » pour les indépendants, une baisse de la TVA dans la restauration et dans le bâtiment à 5,5 % et l’annulation des charges pour les très petites entreprises (TPE). Il évoque aussi la possibilité d’un « prêt de main-d’œuvre » pour « transférer beaucoup plus facilement, avec leur accord, des salariés d’un secteur d’activité à un autre pour un temps donné ».

Contre la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage

En revanche, Xavier Bertrand se dit opposé à la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage, qui « va précariser les chômeurs » et de celle des retraites qui n’est « ni claire, ni courageuse, ni juste ». Il attend donc d’Emmanuel Macron, qui doit préciser son cap lors d’une interview télévisée le 14 juillet, qu’il « dise la vérité » sur « l’emploi et la crise sanitaire » et qu’il « confirme que la France sera bien le premier pays au monde servi avec le vaccin de Sanofi, entreprise française ».

Enfin, du Premier ministre Jean Castex, son ancien directeur de cabinet, Xavier Bertrand assure que « c’est quelqu’un de bien, qui révèle tout ce qu’Emmanuel Macron n’est pas. Jean Castex a un ancrage local et les pieds sur terre, quand le Président préfère les envolées lyriques ».