Objets, voiture, maison… Faut-il prendre une assurance pour la location entre particuliers ?

ARGENT Avant de louer votre véhicule ou de proposer de faire du covoiturage, il est impératif de vérifier si vous êtes couvert pour ce type d’activités.

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Échange de maison, covoiturage, location d'outils entre particuliers, ces formes de consommation collaborative peuvent avoir un impact en matière d'assurance.
Échange de maison, covoiturage, location d'outils entre particuliers, ces formes de consommation collaborative peuvent avoir un impact en matière d'assurance. — IStock / City Presse

Certains partagent leurs affaires, leur électroménager, leur voiture voire leur logement, tandis que d’autres monnaient ces petits services entre particuliers pour arrondir leurs fins de mois et rentabiliser des objets inutilisés.

Mais si les pratiques collaboratives ont de multiples avantages, nul n’est à l’abri d’un accident. Or, votre assurance ne jouera pas à tous les coups.

L’assurance en option

Avant de vous inscrire sur une plateforme de location et de partage entre particuliers, commencez par lire attentivement la rubrique « FAQ », ou « Foire aux questions », pour connaître les modalités de contrat, de caution, d’assurance et de franchise applicables. Beaucoup de sites collaboratifs ne proposent en effet aucune couverture à leurs membres, laissant à chacun le soin de s’arranger avec son assureur en cas de pépin. Et c’est là le danger, car la location de vos effets personnels fait bien souvent partie des causes d’exclusion de votre contrat multirisques habitation. Si vous louez votre perceuse à un particulier et que ce dernier la casse, il y a donc de fortes chances pour qu’aucun de vos assureurs respectifs n’accepte de vous indemniser.

Les plateformes connues apportent toutefois certaines garanties aux loueurs à travers un contrat type, une assurance, voire le dépôt d’une caution pour les objets de valeur. Il y a des conditions appliquées. Sur Zilok.com, par exemple, une franchise de 10 % est appliquée en cas de casse, contre 20 % pour un vol, sachant que le remboursement maximum est fixé à 2.000 euros. Placedelaloc.com impose pour sa part une franchise de 151 euros, pour une garantie fixée à 1.510 euros maximum.

Une maison sûre

La location saisonnière d’un logement meublé n’oblige pas à prendre d’assurance, ni du côté du propriétaire, ni de celui du locataire. En pratique, pourtant, l’une comme l’autre sont vivement recommandées. L’ échange de maison impose lui aussi de prendre ses précautions. Votre contrat multirisques habitation couvre en principe les dommages dus à un incendie ou à un dégât des eaux survenu chez vous, y compris si un tiers y habite gratuitement en votre absence, de même que ces garanties s’appliquent lorsque vous résidez hors de votre domicile habituel. Toutefois, contactez votre assureur pour contrôler dans quelles conditions et limites votre couverture fonctionne.

Pensez aussi à vérifier que le contrat inclut bien une garantie responsabilité civile villégiature, qui prendra en charge les éventuelles détériorations que vous pourriez causer chez l’autre propriétaire. Bien entendu, la personne avec laquelle vous échangez votre logement doit fournir les mêmes protections.

La protection du conducteur

Par ailleurs, pour diminuer le coût de revient de leur véhicule, de plus en plus d’automobilistes se laissent séduire par le covoiturage. Une pratique sans risque en matière de protection juridique, du moment que le macaron vert d’assurance est bien fixé sur le pare-brise. En cas d’accident, l’assurance du conducteur le couvre, tout comme ses passagers, même s’ils ont monnayé leur voyage. Attention néanmoins aux trajets domicile-travail qui ne sont pas compris dans tous les contrats.

Parce qu’elle implique de louer son véhicule à un tiers, la pratique de l’autopartage impose en revanche de souscrire une assurance spécifique. Des plateformes dédiées telles que Ouicar.fr et Getaround.com l’incluent dans leurs services, permettant au propriétaire de ne pas subir de malus si le locataire a un accident avec son véhicule. Ce dernier devra par contre s’acquitter des frais de franchise souvent élevés (800 euros en moyenne).

BON PLAN : Retrouvez tous les bons plans Airbnb du moment

Les bons réflexes

Si la consommation collaborative repose sur la confiance et le respect de tous, un bon contrat n’est jamais superflu. Voici quelques réflexes pour être serein :

  • Passez par une plateforme connue et spécialisée : outre une facilité de gestion, elle offrira des garanties de sécurité et d’assurance aux deux parties.
  • Vérifiez les conditions de couverture : il est important de connaître le montant de garantie et de franchise, ne serait-ce que pour choisir entre plusieurs plateformes internet.
  • Prévenez votre assureur : d’une compagnie à l’autre, les règles ne sont pas les mêmes vis-à-vis des formes de consommation collaboratives. Il est donc inutile de prendre des risques alors qu’un mail ou un coup de téléphone suffit.