Pas de cadeau pour les boursicoteurs

- ©2008 20 minutes

— 

Un amendement pour permettre de déduire des pertes boursières du revenu imposable 2009, présenté par le sénateur UMP Philippe Marini, a provoqué une vive polémique hier avant d'être enterré. Au nom des « grands-pères qui se serrent la ceinture », celui-ci aurait permis de déduire jusqu'à 10 700 euros de pertes boursières enregistrées en 2008 des revenus imposables 2009. Mais les critiques ont fusé. « Le principe, quand on place son argent en Bourse, c'est quand même qu'on prend un risque », a réagi Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP. Tandis que le PS fustigeait un projet « totalement immoral », le gouvernement a estimé que la disposition désavantagerait « ceux qui ont choisi, dans cette période difficile, de conserver leurs actions » et « les détenteurs de plans d'épargne d'entreprise ou d'assurance-vie ». Face à la réprobation générale, Philippe Marini a reculé, suggérant que son idée n'était pas « dans le politiquement conforme du moment ».