Le chômage en pleine expansion, le mécontentement aussi

Angeline Benoit - ©2008 20 minutes

— 

Défilé contre la précarité samedi, négociations sur les allocations aujourd'hui, le chômage n'a pas fini de faire parler de lui. Hier, Christian Charpy, le délégué général du Pôle emploi (l'organisme préparant la fusion ANPE-Assedic), a reconnu des retards dans le traitement des dossiers Assedic. « Il y a une augmentation assez forte des inscriptions, donc plus de dossiers. Et beaucoup de fins d'intérim, or le calcul de ces allocations est plus compliqué », a expliqué Christian Charpy. Environ 77 000 personnes seraient en attente, contre 42 000 fin 2007. Logiquement, l'Unedic devrait donc confirmer jeudi des destructions d'emplois au 3e trimestre.

Pour les chômeurs indemnisés - environ la moitié -, la messe n'est pas dite. Les partenaires sociaux se rencontrent aujourd'hui pour négocier le montant des allocations en 2009-2011. Alors que les syndicats réclament le soutien du pouvoir d'achat des chômeurs, le Medef a réaffirmé hier que la baisse des cotisations sociales était la priorité. Mais le mécontentement gronde. Les associations AC!, Apeis, MNCP et le comité CGT ont appelé à se mobiliser mardi prochain. En Haute-Normandie, des centaines de salariés Renault ont envahi le conseil régional pour dénoncer le chômage partiel. La CFDT a proposé un « fonds de crise » pour former ces salariés tandis que FO exigeait l'ouverture « dans l'urgence » d'une négociation sur l'indemnisation du chômage partiel. De son côté, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a critiqué « l'organisation de la pénurie pour maintenir des marges financières »... quelques heures avant l'annonce de trois jours d'arrêt de production supplémentaires à l'usine PSA Peugeot Citroën de Mulhouse (Haut-Rhin) et de réductions de voilure chez Pfizer et Rhodia.