Bouches-du-Rhône: Airbus Helicoptères s'attend à une baisse « sensible » des commandes

ECONOMIE En raison de l'épidémie de coronavirus, Airbus Helicoptères s'attend à une réduction drastique de l'activité 

Mathilde Ceilles

— 

Illustration d'Airbus Hélicoptères
Illustration d'Airbus Hélicoptères — ERIC PIERMONT / AFP

Airbus ​Hélicoptères, un des leaders mondiaux du secteur, s’attend à une baisse « sensible » des commandes liée à la pandémie du coronavirus, a indiqué son président, Bruno Even, dans un entretien publié samedi par le quotidien La Provence.

« Il va y avoir une très forte baisse des commandes des clients privés qui face à l’incertitude mettent leurs projets en suspens et des clients étatiques qui retardent leurs investissements », déclare Bruno Even. « On s’attend à une baisse sensible mais l’impact se ressentira sur les années 2021, 2022, 2023 », ajoute-t-il.

« Gel des embauches »

La division hélicoptères du groupe aéronautique est basée à Marignane, près de Marseille, et fabrique des appareils civils et militaires. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros au premier trimestre, en hausse de 19 % par rapport à la même période de l’année dernière.

« Les commandes publiques peuvent jouer un rôle d’amortisseur », juge le président d’Airbus Hélicoptères. Le gouvernement français, qui a mis en place un plan de soutien à la filière automobile de 8 milliards d’euros, est en train d’en préparer un pour l’industrie aéronautique, victime de l’effet cascade de l’effondrement du trafic aérien et des difficultés financières des compagnies aériennes, amenées à annuler ou reporter des commandes.

Côté emploi, Airbus Hélicoptères qui emploie en temps normal 8.000 personnes sur le site de Marignane, a décidé un « gel des embauches » et de « minimiser le recours à l’intérim et à la sous-traitance ».