Alsace : Amazon va-t-il réussir à s'implanter ? Citoyens et politiques s'opposent

ECONOMIE Un entrepôt logistique de 150.000 m² pourrait voir le jour

Thibaut Gagnepain

— 

Dans le centre logistique de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire.
Dans le centre logistique de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire. — Amazon
  • Le géant américain du e-commerce, Amazon, a le projet d’implanter un centre logistique sur 18 hectares à Dambach-la-Ville, dans le Bas-Rhin.
  • Les discussions ont débuté entre l’entreprise et la communauté de communes du Pays de Barr.
  • Un citoyen a lancé une pétition contre cette implantation. Il a été rejoint par un collectif qui a envoyé des courriers à de nombreux élus. Le sujet est devenu un débat.

Un énorme bâtiment de 150.000 m² répartis sur trois étages, 18 hectares de terres concernés et un millier d’emplois à terme… Voilà ce que pourrait représenter le prochain centre logistique d’Amazon en Alsace, sur la commune de Dambach-la-Ville, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Strasbourg.

Le projet, révélé par les Dernières Nouvelles d'Alsace en février dernier, n’est aujourd’hui qu’en phase de pourparlers. « Le conseil communautaire m’a autorisé à discuter avec Amazon en fin d’année dernière. Pour l’instant, il n’y a pas d’accord, des avocats s’entretiennent avec des avocats », confirme Gilbert Scholly, le désormais ex-maire de Barr mais toujours président de la communauté de communes du Pays de Barr.

« Un million d’euros de recettes fiscales par an »

Lui ne le cache pas, il est favorable à l’implantation du géant du e-commerce dans le Bas-Rhin. « On parle quand même de plusieurs millions d’euros rien que pour la vente du terrain, d’environ un million d’euros de recettes fiscales par an et de centaines d’emploi… Vu le contexte actuel, peut-on faire la fine bouche ? », interroge Gilbert Scholly.

Pour des citoyens et un collectif, la réponse est oui. Début mars, un vigneron de la ville voisine d’Andlau a lancé une pétition sur le site internet change.org. Plus de 13.000 personnes ont à ce jour signé « contre la construction du plus grand centre logistique d’Amazon de France à Dambach-la-Ville ».

« Je voulais lancer le sujet avant le premier tour des municipales », explique aujourd’hui Yann Durrmann, qui a depuis été rejoint par un collectif, « Le Chaudron des Alternatives ». Ce dernier, avec une soixantaine de cosignataires a envoyé, une fois le confinement terminé mi-mai, deux courriers à tous les membres de la communauté de communes du Pays de Barr.

« Amener un peu plus de réflexion autour de ce sujet »

« On a aussi arrosé pas mal de monde autour et la presse, détaille un des membres, Pascal Lacombe. On espère amener un peu plus de réflexion autour de ce projet. Il avait jusque-là été évoqué à huis clos par les élus. On aimerait maintenant qu’ils se positionnent tous ouvertement. »

Dans leurs courriers, le collectif contestataire a déployé un argumentaire pour justifier son opposition à l’arrivée d’Amazon. Les principales raisons évoquées ? « La destruction d’emplois dans les commerces locaux et entreprises artisanales » que cette implantation pourrait engendrer, « l’augmentation du trafic routier journalier d’environ 1.000 poids lourds et 4.500 utilitaires », ou encore un bâtiment de trois étages qui « enlaidirait gravement le territoire et réduirait son attractivité touristique ». Sans oublier ces « 18 hectares de terres agricoles qui seraient bétonnés […] au mépris de l’urgence écologique », écrit encore « Le Chaudron des Alternatives ».

Maintenant, un débat entre élus

« Moi je veux bien tout entendre mais ça fait des années qu’on essaie de remplir cette plate-forme d’activité et je signale aussi que le terrain a déjà une vocation économique, plus agricole », réagit Gilbert Scholly. Le président de la communauté de communes du Pays de Barr craint également qu’un refus de son conseil pousse le géant américain à simplement traverser le Rhin. « Alors là on aura les mêmes inconvénients et pas les avantages. Non vraiment, ce projet ferait beaucoup de bien à notre territoire », plaide-t-il en en appelant désormais à une « discussion sereine ».

Elle devrait donc avoir lieu sans lui après l’élection du prochain conseil communautaire. Soit pas avant juillet, après le 2e tour des élections municipales programmé le 28 juin. « Il y aura 45 personnes autour de la table et on verra », évacue le maire de Dambach-la-Ville, Claude Hauller, plutôt favorable à l’arrivée d’Amazon. « Je suis sensible à l’environnement mais l’argument lié à l’emploi risque de peser après cette crise sanitaire », avoue-t-il, sans présager d’un éventuel résultat. « Rien n’est joué, il y a aura vraiment un débat », conclut Yann Durrmann.