Le groupe Gibert Joseph annonce la liquidation judiciaire de trois de ses librairies

COUP DUR Les trois librairies emploient au total une trentaine de salariés

G. N. avec AFP

— 

Le groupe Gibert Joseph annonce la fermeture de trois librairies (illustration).
Le groupe Gibert Joseph annonce la fermeture de trois librairies (illustration). — ERIC PIERMONT / AFP

La direction des librairies Gibert Joseph a annoncé jeudi qu’elle avait demandé la mise en liquidation judiciaire de trois de ses 31 magasins en France. « Première librairie indépendante de France, la librairie Gibert a sollicité la mise en liquidation judiciaire des librairies d’Aubergenville (Yvelines), de Chalon-sur-Saône, et de Clermont-Ferrand », a annoncé la direction de l’enseigne dans un communiqué.

Si la librairie de Chalon-sur-Saône va pouvoir bénéficier d’un sursis jusqu’au 22 juin, le temps de trouver un éventuel repreneur, le tribunal de commerce de Versailles a annoncé la liquidation immédiate de l’enseigne d’Aubergenville. Pour cette librairie la cessation d’activité est actée et la quinzaine de salariés qu’elle comptait se retrouvent au chômage. Située dans la zone commerciale Family Village, la librairie située au bord de l’autoroute A 13 n’avait pas repris son activité à l’issue du confinement.

La CGT vent debout

Egalement sous le coup d’une demande de liquidation judiciaire, le sort de la librairie de Clermont-Ferrand sera connu mardi 2 juin, l’audience prévue jeudi ayant été repoussée. Installée depuis 1942 dans le centre-ville, cette librairie est l’un des plus vieux commerces de la préfecture du Puy-de-Dôme et quasiment une institution en Auvergne.

La décision de la direction de Gibert Joseph avait été dénoncée dès samedi par la CGT. « Aucune considération économique, de quelque nature qu’elle soit, ne peut justifier ces pratiques : dans la période actuelle, placer des salariés en situation de chômage dans des bassins d’emploi fragilisés en ne leur octroyant que les indemnités légales est proprement scandaleux », a indiqué le syndicat CGT de l’enseigne.

La direction de Gibert Joseph a justifié sa décision en mettant en avant « la contraction du marché de biens culturels, les changements d’habitude de consommation (au détriment de la vente au détail dans les magasins physiques) et les évènements récents de 2019-2020 (grèves des transports, manifestations des "gilets jaunes" et récente crise sanitaire liée au coronavirus) ». Ce sont « autant de facteurs qui ont impacté le groupe Gibert déjà très fragilisé par un contexte concurrentiel accru », a indiqué la direction. Les trois librairies placées en liquidation judiciaire emploient au total une trentaine de salariés.