Déconfinement : Les professionnels du tourisme soulagés par les annonces d'Edouard Philippe

VACANCES D'ETE Alors que le tourisme est très touché par la crise sanitaire liée au coronavirus, les professionnels du secteur espèrent sauver la saison d’été

Thibaut Chevillard

— 

Illustration des vacances en camping
Illustration des vacances en camping — FRANK PERRY / AFP
  • Le tourisme va redémarrer mais avec une « vigilance particulière » jusqu’au 21 juin dans les zones oranges, a indiqué jeudi le Premier ministre, Edouard Philippe.
  • Alors que le secteur était paralysé par la crise sanitaire depuis mi-mars, les professionnels du tourisme se disent soulagés par ces annonces.

Nicolas Dayot est soulagé. « Maintenant que nous savons que les campings pourront rouvrir dès le 2 juin, nous allons relancer les réservations dès ce vendredi », se félicite le président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air, qui attendait avec impatience les annonces faites par le Premier ministre, Edouard Philippe, concernant la phase 2 du déconfinement. Il faut dire que l’enjeu est de taille pour  les campings qui réalisent 80 % de leur chiffre d’affaires en juillet et en août. « On ne fera pas la saison du siècle, mais elle sera sauvée », ajoute-t-il, soulignant que les Français pourront passer leurs vacances sous la tente « en pleine nature, sans se ruiner ».

Les piscines, « élément fondamental » dans les campings, seront a priori ouvertes. Ouf ! Et il y a des chances pour que les frontières de l’espaces Schengen soient rouvertes à partir du 15 juin. « Nous accueillons dans les campings un tiers d’étrangers, principalement des Européens, des Allemands ou des Hollandais », souligne Nicolas Dayot. « La France est le premier pays visité au monde, elle a accueilli, en 2018, 89 millions de touristes étrangers. 80 % d’entre eux sont européens », complète Guy Raffour, président du cabinet d'études Raffour Interactif, spécialisé sur le tourisme. « Il y a aura de facto moins de visiteurs étrangers, prévient-il. Mais il y aura plus de places et de choix de destination pour les Français. »

« Certains ne vont pas se relever de la crise »

Alors que 80 % des Français qui voyagent à l’étranger choisissent des destinations européennes, ils seront sans doute davantage tentés de rester dans l'Hexagone cet été. « L’épidémie n’est pas terminée, et il est plus facile et plus sécurisant, sur le plan sanitaire, de rester en France », affirme Guy Raffour. Il estime, lui aussi que malgré « la situation inédite », la saison d’été sera « sauvée par rapport à ce qu’on aurait pu craindre ». « Sur l’ensemble de l’année, analyse-t-il, le secteur du tourisme aura beaucoup perdu », même si certaines communes, notamment à la montagne, parviendront à tirer leur épingle du jeu. Pour elles, la saison avait commencé l’hiver dernier, avant l’arrivée du virus.

« Plus de deux millions d’emplois sont liés à ce secteur qui représente 8 % du PIB français », observe Philippe Sueur, maire d’Enghien-les-Bains et président de l’Association nationale des élus des territoires touristiques. Autant dire que les professionnels attendaient de pieds fermes les annonces d’Edouard Philippe concernant les vacances d’été. « Il fallait les faire car la profession était sinistrée », ajoute l’élu, qui espère que le secteur du tourisme en France va pouvoir sortir la tête de l’eau cet été. « Mais certains professionnels, prévient-il, ne vont pas se relever de la crise ».

Rester « optimiste »

« C’est une saison hors-norme, on ne pourra pas récupérer ce qui n’a pas été fait jusqu’à aujourd’hui », note Christian Mourisard, président d’ADN tourisme, qui regroupe trois grandes fédérations de la profession. Le festival d'Avignon, les festivals de musiques… Plusieurs grandes manifestations culturelles qui drainent un grand nombre de visiteurs ont été annulées cette année. Mais il veut rester « optimiste ». D’ailleurs, les restaurants, « clé de voûte de l’offre touristique », pourront rouvrir en zone verte dès le 2 juin, « dans des conditions presque normales ». Les offices du tourisme seront ouverts partout sur le territoire afin « de rassurer les gens », poursuit-il.

« Il est important de sortir de cet état d’esprit anxiogène mais compréhensible », d’autant que les mesures annoncées ont fait l’objet d’un compromis avec les professionnels du secteur, « ce qui est une excellente chose », salue Christian Mourisard. De son côté, Philippe Sueur s’inquiète pour la situation du tourisme en outre-mer​ où des mesures de contrôles « très strictes des déplacements » sont maintenues, comme l’a annoncé Edouard Philippe. « Je ne vois pas comment le tourisme va pouvoir vivre », souffle le président de l’Association nationale des élus des territoires touristiques. « Ça ne va pas être facile là-bas. »