Déconfinement en Paca : Le secteur du tourisme dans les starting-blocks avant l'été

ECONOMIE Dans le contexte complexe du déconfinement, les professionnels du tourisme en Paca cherchent à tirer leurs épingles du jeu et sont prêts à faire face à un afflux de visiteurs français

Mathilde Ceilles

— 

Plage de Pampelonne, à Saint-Tropez.
Plage de Pampelonne, à Saint-Tropez. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA
  • Les professionnels du tourisme en Paca s’organisent pour accueillir un maximum de touristes français cet été.
  • Les élus tentent de leurs côtés de promouvoir la destination à grands coups de campagne de communication.
  • Une saison touristique ratée serait en effet une catastrophe économique locale.

« On est prêt et on le sera ! ». Le président de la fédération régionale de l’UMIH Paca, qui représente les hôteliers et restaurateurs de Paca, l’affirme : les professionnels du tourisme dans l’une des régions les plus visitées de France sont dans les starting-blocks à l’approche des vacances d’été. Des vacances qui s’annoncent cette année un peu particulière. Dans le contexte actuel du déconfinement, les Français sont fortement encouragés par le gouvernement à privilégier les destinations de l’Hexagone. Une conjoncture qui place plus que jamais la région Provence-Alpes-Côte d’Azur comme potentielle destination estivale phare de l’été.

Ainsi, la semaine dernière, la SNCF indiquait qu’un quart des réservations de TGV pour cet été était à destination de la région Paca. Selon une étude de HomeToGo, un important moteur de recherches de locations de vacances, Marseille, le Var ou plus globalement la région Paca font partie des dix destinations les plus recherchées entre le 14 et le 25 mai pour un séjour en juillet et août.

« Il va falloir mettre les bouchées doubles »

« Il y a tellement longtemps qu’on ne travaille plus et qu’on a envie de travailler qu’on aura ce qu’il faut pour répondre à la demande, assure Bernard Marty. Il ne faut pas s’imaginer que le 2 juin, toutes les lumières vont être rallumées. Il va falloir reprendre à son rythme, mais on aura la marchandise qu’il faut. » « On est prêts à prendre les réservations, abonde Vincent Gaillerdat, responsable d’un camping dans le Var et président de la Fédération régionale de l’hôtellerie de plein air. Après, en temps normal, on fait quinze à vingt réservations par jour. Avec ce contexte, on risque d’avoir 150 réservations d’un coup ! Ce ne sera pas un problème pour les gros campings qui ont les structures pour faire face. Mais pour les autres, il va falloir mettre les bouchées doubles ! »

Il faut dire que la région Paca bénéficie d’importantes capacités d’accueil : pas moins de 3,1 millions de lits dont 650.000 lits en hébergements marchands et 2,5 millions en résidences secondaires. Et cette année, impossible de compter sur la clientèle étrangère, qui représente environ un tiers des visiteurs estivaux. « Ce déconfinement est une opportunité pour nous de faire redécouvrir notre région aux Français qui, pour beaucoup, ne sont pas venus nous voir depuis longtemps ou ne sont jamais venus », espère Loïc Chovelon, directeur du comité régional touristique de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

A fond la com

D’importants moyens ont été alloués par les collectivités locales pour faire connaître la destination aux Français. En « VRP de sa région », son président LR Renaud Muselier a ainsi débloqué deux millions d’euros avec l’aide de 14 partenaires issus des départements et métropoles de la région, autour du Comité régional du tourisme (CRT). « Nous lançons dès ce vendredi 300 spots télévisés dans lesquels on vend la région Provence-Alpes-Côte d’Azur » explique-t-il. Notre pari est simple : faire redécouvrir la région aux Français, qui vont pour la plupart rester dans l’Hexagone.

« Jeudi prochain, nous avons une réunion entre les réceptifs de notre région et des gros tour-opérateurs francais, détaille Loïc Chovelon. On va essayer de rentrer dans leur production des produits de la région. L’idée est de se dire que puisqu’ils ne peuvent pas vendre l’Île Maurice ou un road-trip au Colorado, ils peuvent vendre un séjour chez nous ! »

Ce mercredi, la présidente de la métropole Martine Vassal et candidate LR à la mairie de Marseille a de son côté annoncé un plan de 10 millions pour relancer le tourisme dans les Bouches-du-Rhône. Ce plan consiste notamment en la distribution de cartes cadeaux de 50 et 100 euros chez un prestataire du département pour toute personne passant trois nuits minimum dans les établissements hôteliers et campings du secteur. Il faut dire qu’une saison touristique ratée serait une catastrophe économique pour la région, quand on sait que le tourisme génère 143 000 emplois et 9,8 milliards d’euros de recettes touristiques annuelles sur le territoire, soit 13 % du PIB régional.