Sarkozy lance le plan qui valait 26 milliards

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

Nicolas Sarkozy n'est pas venu les mains vides, hier à Douai (Nord). Avec un catalogue de mesures long comme un jour de chômage partiel, le Président a voulu répondre à la crise par « l'investissement ». Au total, le plan de Douai représente 26 milliards d'euros.

Un boost temporaire. Le plan utilise les avances de trésorerie pour injecter 11,4 millions d'euros dans l'économie. Trop perçus d'impôts, dettes de l'Etat, avances sur marchés publics : chaque fois, l'Etat paiera plus vite.

G Investissement public. Le chef de l'Etat annonce quatre milliards d'euros d'investissements directs supplémentaires dédiés aux infrastructures et équipements « structurants » (1,4 milliard d'euros) : liaison à grande vitesse Lyon-Turin, canal Seine-Nord... Les entreprises publiques en feront autant, soit quatre milliards supplémentaires.

G Emploi. Le Président a d'abord pensé aux entreprises. Tout nouvel emploi créé en 2009 dans les boîtes de moins de dix salariés sera exonéré de charges, à hauteur du smic. En outre, une prime de 200 euros sera versée en avril à 3,8 millions de ménages modestes en attendant la généralisation, en juin, du revenu de solidarité active (RSA).

G Chouchous. Deux secteurs d'activité sont chouchoutés : le logement et l'automobile. Pour le premier, le plan prévoit un doublement du montant du prêt à taux zéro et la construction de 100 000 nouveaux logements sociaux. Pour l'automobile, il crée une nouvelle prime à la casse de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule neuf émettant moins de 160g de CO2, en remplacement d'une auto de plus de dix ans.