Outre-Mer : Un plan d’un milliard d’euros pour aider les collectivités et entreprises face à la crise du coronavirus

CRISE Ce plan entend apporter une réponse sanitaire, économique et environnementale face à la crise du coronavirus en Outre-Mer

20 Minutes avec agences

— 

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin.
La ministre des Outre-mer, Annick Girardin. — Alfonso Jimenez/REX/SIPA

Le ministère des Outre-mer et l’Agence française de développement (AFD) ont signé ce lundi un plan doté d’un milliard d’euros pour accompagner les collectivités locales et les entreprises face à la crise du coronavirus.

Baptisé « Outre-mer en commun », ce plan se décline notamment en trois points : une réponse sanitaire, une réponse économique et une réponse environnementale, indique un communiqué commun.

« Soutenir le tissu économique »

En matière sanitaire, l’AFD va renforcer « son appui aux réseaux régionaux de surveillance épidémiologique » et va « contribuer au plan de réforme et de relance des investissements » pour les hôpitaux d’Outre-mer, précise le communiqué, sans donner de chiffres.

Pour « soutenir le tissu économique », l’AFD entend examiner « avec bienveillance les demandes de report d’échéances de 6 mois de ses prêts aux collectivités locales et aux entreprises » et accélérer « ses décaissements » ainsi que « les instructions de prêts budgétaires annuels des grandes collectivités ». Elle va aussi mettre en place « des prêts d’urgence d’aide à l’investissement sur 20 ans pour les collectivités ultramarines ». Enfin, l’AFD va aider l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) à « renforcer ses capacités de microcrédit » pour soutenir les TPE locales les plus fragiles.

Un dispositif pour Mayotte

Pour Mayotte, territoire le plus touché par l’épidémie de coronavirus avec plus de 1.600 cas déclarés et 20 morts, l’AFD va « expérimenter », avec le ministère des Outre-mer, « un dispositif de prêt de préfinancement du Fonds de compensation de la TVA (dotation versée aux collectivités territoriales, N.D.L.R.) » pour les projets d’investissements des communes.

Enfin, l’Agence va mettre en place des « prêts bonifiés » pour financer les « programmes d’investissements publics vers une relance durable » et financer une étude sur la « relance décarbonée et inclusive dans les territoires ultramarins ».