Nicolas Sarkozy très attendu à Douai

CRISE Le Président a promis un plan «massif» de soutien...

Angeline Benoit (avec agence)

— 

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi à Meaux qu'il présenterait "le 4 décembre un plan de soutien très puissant à l'activité économique".
Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi à Meaux qu'il présenterait "le 4 décembre un plan de soutien très puissant à l'activité économique". — Christophe Ena AFP/pool

Salariés à la peine, promoteurs et constructeurs immobiliers, cafetiers: ils croisent tous les doigts. Le président de la République doit annoncer jeudi à Douai des mesures très attendues face à la crise qui provoque, chaque jour, des ravages croissants sur tous les secteurs d'activité. «20 Minutes» fait le point sur les mesures attendues.

>> Pour retrouver tout notre dossier sur la crise économique et financière, cliquez ici


Sur le BTP
Il est surtout question de renforcer le «prêt à taux zéro» pour l’accession au logement et d'accélérer un certain nombre de travaux, comme la «remise à niveau énergétique» des logements sociaux. Pour soulager la trésorerie des entreprises, le ministère du Budget réfléchit au remboursement accéléré de la TVA. Côté grands travaux, Nicolas Sarkozy pourrait aborder la seconde phase du TGV Est européen, qui ne roule pas encore à grande vitesse.

Sur l'automobile
Selon «Le Monde», Nicolas Sarkozy va notamment annoncer une «prime à la casse» de 1.000 euros pour encourager la mise au rebut des véhicules anciens et polluants. Autre possibilité: une augmentation du bonus mis en place en janvier pour inciter à acheter des véhicules plus «propres».

Sur les revenus
Nicolas Sarkozy devrait s’exprimer sur des décisions antérieures: «prime de Noël» majorée pour les bénéficiaires des minima sociaux, extension du contrat de transition professionnelle, meilleure indemnisation du chômage partiel, relance des contrats aidés...

Finances Paris espérait ce mercredi que son plan de soutien aux banques soit approuvé avant le 11 décembre. Il doit garantir les prêts entre établissements à hauteur de 320 milliards d'euros.