Coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : A Fos-sur-Mer, « aucune visibilité » pour ArcelorMittal au-delà du 30 juin

INDUSTRIE L’usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer n’a aucune visibilité sur son avenir jusqu’au 30 juin, faisant craindre un peu plus un scénario à la Florange

20 Minutes avec AFP

— 

Un salarié devant l'usine Arcelor Mittal de Fos-sur-Mer.
Un salarié devant l'usine Arcelor Mittal de Fos-sur-Mer. — Boris Horvat / AFP

ArcelorMittal n’a « aucune visibilité » au-delà du 30 juin pour son usine sidérurgique de  Fos-sur-Mer, près de Marseille​, où un des hauts-fourneaux a déjà été mis à l’arrêt en raison de la crise sanitaire, a indiqué mardi son directeur des ressources humaines, Richard Pagnon.

Le site de Fos tourne à 50 % en ce moment, un haut-fourneau sur deux est à l’arrêt depuis le 23 mars. « Nous n’avons actuellement aucune visibilité après le 30 juin », a indiqué Richard Pagnon lors d’une conférence de presse de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) Alpes-Méditerranée et des organisations syndicales du secteur.

La reprise économique inquiète

« Nous déployons beaucoup d’efforts commerciaux », a assuré Richard Pagnon, « mais notre marché c’est l’industrie automobile méditerranéenne (espagnole et italienne notamment) qui a été durement frappée par la crise sanitaire ».

David Thourey, délégué FO d’ArcelorMittal Méditerranée, a également fait part, lors de cette même conférence de presse, des inquiétudes sur la reprise. « Il ne faudrait pas que l’économie redémarre d’un coup, car avec un seul haut-fourneau on ne suivrait pas », a-t-il expliqué. « On devra sans doute continuer avec du chômage partiel, ce qui veut dire une perte de revenus pour beaucoup de salariés », a-t-il déploré.