A court, moyen ou long terme, quelle stratégie d’épargne et d’investissement adopter ?

ARGENT À l’heure de sélectionner un placement visant à faire fructifier leurs économies, beaucoup de particuliers se sentent démunis face à une offre pléthorique

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Vous devez choisir vos placements financiers en fonction de vos projets.
Vous devez choisir vos placements financiers en fonction de vos projets. — IStock / City Presse

Pour financer ses vacances, ses loisirs et ses projets à long terme, il n’y a pas de secret : il faut épargner. Mais si l’on dit toujours qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier, encore faut-il savoir où les investir.

Un bas de laine en sûreté

Une stratégie de placement s’organise par étapes. En premier lieu, il faut équilibrer son budget afin de déterminer quelle est votre capacité d’épargne mensuelle. Ceci étant fait, votre priorité doit être de mettre des sous de côté pour faire face aux coups durs. On appelle cela une épargne de précaution.

Cette somme doit être immédiatement disponible et sécurisée. Plutôt que de la cacher sous votre oreiller ou dans un coffre, le plus judicieux est de placer cet argent sur des produits sans risque du type livret A et autres livrets bancaires. Côté montant, les professionnels considèrent qu’il faut avoir l’équivalent de trois mois de revenus de côté, soit environ 3.000 euros pour une personne au Smic. Inutile toutefois de laisser dormir plus de 15.000 euros sur ce type de placement, qui ne rapporte quasiment rien.

Définir votre projet

Vous avez davantage d’argent à investir ? Avant de souscrire à n’importe quelle offre alléchante, vous devez savoir à quoi servira cette somme. L’objectif est d’acheter une maison ? De financer les études de vos enfants ? D’assurer vos arrières pour vos vieux jours ? De transmettre un patrimoine à vos héritiers ? L’utilisation de vos économies est essentielle pour définir l’investissement le plus adapté.

C’est d’autant plus important que chaque produit financier impose de respecter une durée de placement à court, moyen ou long terme. Vous devez donc évaluer pendant combien de temps vous n’aurez pas besoin de toucher à cette somme.
Enfin, tout le monde n’a pas la même tolérance au risque. Et rien ne sert d’investir dans des actions, si vous devez trembler à chaque oscillation de la Bourse. Quant aux aventuriers prêts à souscrire des produits au capital non garanti pour réaliser de meilleurs rendements, ils ne doivent jamais miser plus que ce qu’ils peuvent se permettre de perdre.

Des pistes possibles

Si chaque cas doit donc être regardé en détail avec un professionnel avisé, il est possible de dégager certaines stratégies d’épargne en fonction de vos objectifs. C’est ce que propose l’Institut national de la consommation à travers des fiches réalisées en partenariat avec l' Autorité des marchés financiers​.

Pour constituer un apport personnel en vue d’un achat immobilier, il existe par exemple deux produits bancaires dédiés : le compte d’épargne-logement (CEL) ou le plan d’épargne-logement (PEL). Bémol : leur taux de rémunération est très faible (respectivement 0,25 % et 1 %) et les conditions d’emprunt moins intéressantes depuis la baisse des taux du marché. Un livret d’épargne réglementé, une assurance-vie ou une épargne salariale peuvent alors être des alternatives judicieuses, dès lors que le produit n’est pas bloqué sur une trop longue durée.

En ce qui concerne vos enfants, la sécurité doit être totale. L’argent de poche ira aisément sur un livret jeune. En cas de donation, l’assurance-vie ou un compte titres peuvent être de bonnes solutions, tandis qu’un produit de prévoyance du type assurance décès permettra d’assurer leur avenir en cas de coup dur. Enfin, l’assurance-vie s’impose comme le produit d’excellence pour transmettre de l’argent à vos proches à votre mort.

Étape par étape

Parce qu’investir ses économies est lourd de conséquences, vous devez vous montrer prudent. Il faut d’abord recueillir l’avis des pros. Faites un topo avec votre banquier et votre compagnie d’assurances. Le cas échéant, vous pouvez aussi consulter un conseiller en investissement financier, en veillant à choisir une entreprise qui a pignon sur rue. Ensuite, il faut étudier les placements à la loupe : capital garanti ou non, durée de placement, disponibilité, pénalités en cas de retrait anticipé, frais appliqués à chaque versement et frais annuels de gestion… Enfin, il est bon de prendre du recul : ne signez jamais du premier coup. Comparez les offres et, en cas de doute, contactez la plateforme officielle Épargne Info Service au 01 53 45 62 00 ou rendez-vous sur Abe-infoservice.fr.