Coronavirus : L’Etat vole au secours d’Air France avec 7 milliards d’euros de prêts

AERONAUTIQUE Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire estime qu’il « faut sauver notre compagnie nationale ». La nationalisation d’Air France n’est pas à l’ordre du jour. Les Pays-Bas vont également soutenir financièrement KLM

Floréal Hernandez
— 
Un guichet Air France à La Havane (Cuba), le 27 mars 2020.
Un guichet Air France à La Havane (Cuba), le 27 mars 2020. — Fabien Dupoux/SIPA

Comme un avion sans ailes chante Charlélie Couture. Pour que ça n’arrive pas à Air France, l’Etat va octroyer à la compagnie aérienne 7 milliards d’euros de prêts pour surmonter la crise liée au Covid-19. Ces prêts se décomposeront en 4 milliards de prêts bancaires garantis par l’Etat et 3 milliards de prêts directs de l’Etat, a précisé Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances lors d'une interview sur TF1, vendredi soir.

« Il faut sauver notre compagnie nationale », a estimé Bruno Le Maire qualifiant ce plan d'« historique ». Le ministre a affirmé qu’une nationalisation n’était pas à l’ordre du jour.

Les Pays-Bas au soutien de KLM

Une heure plus tard, le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra a promis 2 à 4 milliards d’euros d’aide publique pour KLM, lors d’une conférence de presse à La Haye. Les Etats français et néerlandais possèdent chacun environ 14 % du groupe AIr France-KLM.

Au total, le groupe aérien franco-néerlandais va pouvoir compter sur une enveloppe de 9 à 11 milliards d’euros pour traverser la crise historique du secteur aérien, mis à l’arrêt par les multiples restrictions au voyage imposées par les autorités du monde entier pour freiner l’épidémie de Covid-19.