Coronavirus : Le manque de farine dans les rayons, davantage un problème d’emballage que de production

OR BLANC Les rayons vides dans les supermarchés peuvent laisser penser à une pénurie, mais les professionnels du secteur se veulent rassurants

Romarik Le Dourneuf

— 

L'effet de mimétisme entraîne les consommateurs à se ruer sur les produits les plus demandés
L'effet de mimétisme entraîne les consommateurs à se ruer sur les produits les plus demandés — Frédéric Scheiber
  • Depuis le début du confinement, les Français se sont massivement mis à la cuisine, et notamment à la pâtisserie, entraînant une explosion des ventes de farine.
  • Les professionnels du secteur assurent que la France ne manque ni de blé tendre, ni de moulins pour fournir la farine nécessaire.
  • Mais les délais d’approvisionnement en sachets entraînent des retards dans le réassort en supermarchés.

Depuis le début du confinement lié à l’épidémie de coronavirus, beaucoup de Français ont mis la main à la pâte pour concocter gâteaux et pains faits maison. Conséquence directe, les ventes de farine se sont emballées dès la première semaine, avec une augmentation de 229 % par rapport à la même période en 2019, selon le cabinet Nielsen.

Et les semaines suivantes sont restées sur des standards inhabituellement hauts, avec +159 %, +131 %, puis +150 %. Les rayons se sont donc vidés, entraînant la peur d’une pénurie pour beaucoup de consommateurs. Mais cette crainte est-elle justifiée ? 20 Minutes fait le point.

Une production qui ne ralentit pas

Avec en moyenne 37 millions de tonnes de blé tendre produites chaque année, la France est le premier producteur en la matière de l’Union européenne. L’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, FranceAgrimer , prévoit que ce chiffre devrait être maintenu pour l’année 2020. Selon les chiffres de  Passionscereales.fr, 5 millions de ces tonnes de blé tendre sont transformés en farine, par plus de 400 meuniers français. En plus de cette production, 297.504 tonnes de blés sont importées, principalement depuis l’Allemagne. Au total, en 2018, les moulins français avaient produit 4,05 millions de tonnes de farine.

Pour faire face à l’augmentation de la demande depuis quelques semaines, les minotiers se sont organisés. L’Association nationale de la meunerie française (ANMF), qui représente 94 % des professionnels du secteur, précise que la plupart des entreprises ont renforcé leurs équipes pour augmenter les capacités de productions, avec parfois du travail 7 jours sur 7.

Même son de cloche chez Les grands moulins de Paris. L’entreprise, qui est notamment derrière la marque Francine, indique faire tourner ses moulins de Reims, Paris-Gennevilliers et Marseille 6 jours sur 7. Elle a également élargi les plages d’ouverture des lignes de production de 20 %.

Pas de risque de pénurie

Aurore Bescond, secrétaire générale adjointe de l’Association nationale de la meunerie française, se veut rassurante quant à un éventuel risque de pénurie : « Les silos français sont pleins, et ils contiennent suffisamment de grains pour satisfaire l’ensemble des clients. » Et pour cause, en temps normal, le sachet de 1 kg vendu dans le commerce représente moins de 5 % des utilisations de la farine. « L’essentiel de la production est destiné aux boulangeries, à l’industrie alimentaire, à la restauration », explique Aurore Bescond.

Avec la baisse d’activité de ces derniers (la Confédération nationale des boulangers annonce une perte de chiffre d’affaires de 50 %), la quantité de farine disponible reste donc importante. La demande en supermarché est compensée par la baisse de la demande commerciale et industrielle. Lionel Chevrier, directeur général des Moulins Advens, le confirme : « Nous sommes sur le pont, notre capacité de production est à 100 %. »

L’emballage, un grain de sable dans la chaîne

Mais si la farine ne manque pas, pourquoi, alors, est-il si difficile de s’en procurer dans les rayons ? Le principal problème que rencontre le secteur réside en réalité dans l’emballage. « Nos commandes ont augmenté de 300 %. On s’est réorganisé, mais on n’est pas habitué à faire autant de sachets pour particuliers, c’est plus long à réaliser », explique Anthony Roy, dirigeant du Petit minotier. Comme cette entreprise, beaucoup fournissent en temps normal des emballages bien plus importants aux industriels, de l’ordre de 10 ou 20 kg. Or, les sachets de 500 g ou de 1 kg demandent une ligne d’ensachage spécifique. Même limitation pour Les Moulins Advens : « On manque de lignes de production pour ce format. Produire des sachets de 1 kg, c’est plus long et contraignant que de gros emballages. »

En plus de ces lignes d’ensachage, les sacs viennent à manquer. Audrey Bescond, de l’ANMF, explique : « Nous observons des tensions sur les délais de réapprovisionnement de la part des fournisseurs de sachets. » Selon l’ANMF, une importante part des sachets de farine est importée d’Allemagne. Or ces fournisseurs se seraient « désengagés » au profit du marché allemand. Lionel Chevrier, des Moulins Advens, regrette ce manque d’autonomie vis-à-vis de nos voisins : « Aujourd’hui, un sachet sur deux vient d’Allemagne ». Et de préciser : « Il n’y a pas de rupture, mais les délais de livraisons sont bien plus longs. »

Quant à Anthony Roy, du Petit Minotier, il dit rencontrer moins de difficultés que d’autres pour se fournir en sac. Mais il est confronté à la fermeture, depuis le début du confinement, de l’imprimerie qui étiquette habituellement ses emballages : « On est obligé de les faire nous-même avec les imprimantes qui servent à sortir les factures et les bons de livraisons. »