Coronavirus en Bretagne : Déjà 800 millions d’euros de pertes pour les acteurs du tourisme

ECONOMIE Le comité régional du tourisme a mené son enquête pour mesurer l’ampleur de la crise

Jérôme Gicquel

— 

Le phare de Mean Ruz à Ploumanac'h, dans les Côtes d'Armor, au coeur de la côte de granit rose.
Le phare de Mean Ruz à Ploumanac'h, dans les Côtes d'Armor, au coeur de la côte de granit rose. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Pilier de l’économie bretonne, le secteur touristique est à l’arrêt depuis le début de la période de confinement.
  • Sur la période mars-avril, les pertes pourraient avoisiner les 800 millions d’euros.
  • Les acteurs de la filière ne se montrent guère plus optimistes pour la suite, notamment pour les vacances d’été.

Les vacances de Pâques marquent traditionnellement le coup d’envoi de la saison touristique en Bretagne avec les campings et les hôtels qui commencent à se remplir et les bords de mer qui sont pris d’assaut. Mais avec la crise du coronavirus, tout ce secteur vital à l’économie de la région est à l’arrêt. Et la note s’annonce salée, très salée même, pour tous les acteurs touristiques bretons.

Pour mesurer l’ampleur de la crise, le comité régional du tourisme (CRT) a mené son enquête auprès des professionnels, récoltant plus de 3.000 réponses depuis le 9 avril. Malgré un bon début d’année et un calendrier favorable, avec notamment les ponts de mai, l’optimisme a été balayé par le début de la période de confinement. En mars, 75 % des entreprises bretonnes du secteur ont ainsi affiché des pertes de chiffres d’affaires supérieures à 50 % par rapport à 2019. Le mois d’avril s’annonce encore pire avec 92 % des acteurs qui annoncent déjà un chiffre d’affaires proche de zéro et des baisses supérieures à 90 % par rapport à l’an dernier.

L’absence de visibilité rend les acteurs encore plus inquiets

Au total, sur les deux mois de confinement, les pertes pourraient avoisiner les 800 millions d’euros pour le secteur touristique en Bretagne. Sans compter que le 11 mai, date annoncée pour le début progressif d’un déconfinement, ne signifiera pas pour autant la reprise du tourisme. Pour l’été, les réservations sont d’ailleurs bien en deçà des niveaux habituellement observés à cette période pour 70 % des acteurs qui enregistrent de nombreuses annulations.

Dans ce contexte, difficile pour les professionnels d’envisager sereinement l’avenir. « Leur quotidien est compliqué et, s’ils voulaient croire à une reprise pour cet été, l’absence de visibilité quant à leur date de réouverture possible obscurcit encore leur horizon », souligne le CRT Bretagne, précisant qu’une « réouverture fin juillet reviendrait à une perte de près de 50 % du chiffre d’affaires ». Malgré un printemps ensoleillé, le ciel s’annonce donc bien sombre pour le secteur touristique breton.