Coronavirus : 25 millions d’emplois dans l’aviation seraient menacés dans le monde

TRANSPORT AÉRIEN Ce secteur fait vivre directement ou indirectement 65,5 millions de personnes, dont 2,7 millions sont employées par des compagnies

20 Minutes avec agence

— 

Un avion arrivant à Roissy-Charles-de-Gaulle (photo d'illustration)
Un avion arrivant à Roissy-Charles-de-Gaulle (photo d'illustration) — Mario FOURMY/SIPA

La crise que traverse le transport aérien à cause de la pandémie de Covid-19 pourrait à terme mettre en danger les emplois de 25 millions de salariés du secteur. Ce calcul effectué par l’Association du transport aérien international (IATA) table sur « un scénario de restrictions de voyage sévères s’étendant sur trois mois ».

Dans un communiqué publié ce mardi et repéré par Air Journal, l’organisme rappelle que 2,7 millions de personnes travaillent pour une compagnie aérienne. Le secteur de l’aviation fait en revanche vivre directement ou indirectement 65,5 millions de personnes dans le monde.

70 % de passagers en moins

La chute vertigineuse de la demande de voyages aériens pourrait entraîner la suppression de 11,2 millions de postes dans la région Asie-Pacifique, 5,6 millions en Europe, 2,9 millions en Amérique latine, 2 millions en Amérique du Nord, 2 millions en Afrique et 900.000 au Moyen-Orient. « On ne saurait trouver les mots pour bien décrire l’impact dévastateur du Covid-19 sur l’industrie aérienne », analyse le PDG et directeur général de l’IATA Alexandre de Juniac.

« Les compagnies aériennes doivent demeurer des entreprises viables pour être à l’avant-garde de la reprise lorsque la pandémie sera maîtrisée », a-t-il déclaré. Les transporteurs ont vu leur nombre de passagers baisser de 70 % au deuxième trimestre 2020 par rapport à la même période l’année précédente.

L’IATA demande donc aux autorités une assistance qui consiste en la diminution des impôts, une aide financière directe et des prêts ou des garanties sur des prêts. « Nous devons entreprendre ce travail rapidement, alerte Alexandre de Juniac. (…) Les 25 millions de personnes dont les emplois sont menacés par la crise vont dépendre du redémarrage efficace de l’industrie ».