Coronavirus : Les loyers des petites entreprises menacées par la crise pourraient être pris en charge

AIDES AUX ENTREPRISES « Les loyers par exemple de commerces, de restaurants qui n’arrivent plus à payer » pourraient être prise en charge dans le cadre de fonds de solidarité, a indiqué Bruno Le Maire

20 Minutes avec agences

— 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. — Alfonso Jimenez/REX/SIPA

Le gouvernement prévoit une amélioration du fonds de solidarité destiné à soutenir les très petites entreprises face à la crise du coronavirus. Il envisage d’y intégrer la prise en charge des loyers, a annoncé ce mercredi le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire.

« Les loyers par exemple de commerces, de restaurants qui n’arrivent plus à payer, on pourrait les prendre en charge dans le cadre de fonds de solidarité pour un certain nombre d’entreprises particulièrement menacées », a-t-il déclaré sur France 2.

Soutenir les entreprises menacées par la faillite

Ce fonds de solidarité mis en place par l’Etat prévoit 1.500 euros maximum d’indemnisation pour les petites entreprises ayant subi au moins 50 % de baisse de chiffre d’affaires par rapport à mars et avril 2019. Il propose aussi une aide de 2.000 euros accordée au cas par cas pour celles menacées de faillite. Pour ces dernières, « nous pourrions augmenter ce plafond à 5.000 euros justement pour pouvoir intégrer le montant des loyers », a expliqué Bruno Le Maire.

« Deuxième modification sur laquelle nous travaillons : prendre en charge (…) ceux qui sont au bord de la vraie difficulté, qui sont en situation de redressement judiciaire, qui aujourd’hui ont vraiment du mal à faire face », a-t-il poursuivi. Le ministre a par ailleurs indiqué qu’il faudrait « envisager des annulations » des charges fiscales et sociales pour les entreprises menacées de faillite, et non un simple report.