Les solde, illustration
Les solde, illustration — ROMAIN DOUCELIN/SIPA

ADAPTATION

Coronavirus : Des commerçants proposent de décaler et d'allonger les soldes d'été

Les soldes aussi veulent s'adapter à la crise du coronavirus pour maximiser leurs chiffres

Les membres de la fédération Alliance du commerce, dont la plupart des points de vente sont fermés depuis mi-mars en raison du coronavirus, aimeraient voir les soldes d’été décalés « au plus tard le 1er juillet » et prolongés sur six semaines, jusqu’au 11 août inclus, selon un communiqué ce lundi.

L’Alliance du commerce, qui rassemble l’Union du grand commerce de centre-ville, la Fédération des enseignes de l’habillement et la Fédération des enseignes de la chaussure, a réalisé un sondage auprès de ses adhérents pour préparer la relance de leur activité à la fin du confinement.

Une période normale établie du 24 juin au 21 juillet

La période des soldes d’été dans la plupart des départements de France métropolitaine a été fixée du mercredi 24 juin au mardi 21 juillet 2020, mais les fermetures de magasins imposées durant le confinement ont perturbé les ventes de ces derniers.

Les dates proposées par les adhérents de l’Alliance du commerce présenteraient à leurs yeux l’avantage « d’assurer l’écoulement de leurs stocks de la collection Printemps-Été 2020 », « exceptionnellement élevé(s) du fait de la fermeture des commerces non alimentaires depuis le 15 mars », de reconstituer leur trésorerie et « de préserver la période de la rentrée des classes qui démarre habituellement à partir du 15 août ».

La fin des 30 jours ?

L’Alliance du Commerce réclame en outre, « à titre exceptionnel », la suspension de la règle des 30 jours qui veut que les produits soldés doivent avoir été proposés à la vente et payés depuis au moins un mois avant le début des soldes. Elle sollicite aussi « la bienveillance des services de l’Etat (DGCCRF) durant cette période ».

Jeudi, plusieurs fédérations du commerce indépendant regroupées dans la Confédération des commerçants de France ont demandé le report du début des soldes d’été au 22 juillet, ainsi qu’une « ordonnance exceptionnelle pour encadrer, un mois avant la nouvelle date repoussée des soldes, les promotions agressives, les ventes privées, les ventes à perte, etc. y compris pour le e-commerce ». La période initiale de confinement, qui devait se terminer le 31 mars, a été prolongée au moins jusqu’au 15 avril par le gouvernement.