Les bons réflexes à avoir face aux aléas de la Bourse

ARGENT Les marchés boursiers sont particulièrement sensibles, au point de voir leurs cours grimper ou chuter en flèche du jour au lendemain

JP pour 20 Minutes

— 

Investir en Bourse implique d'accepter un certain niveau de risques et de ne pas céder à la panique en cas de baisse des cours.
Investir en Bourse implique d'accepter un certain niveau de risques et de ne pas céder à la panique en cas de baisse des cours. — IStock / City Presse

Si vous voulez investir en Bourse, il va vous falloir acheter des actions, autrement dit des titres de propriété qui représentent une fraction du capital d’une entreprise. Tout l’enjeu consiste à sélectionner judicieusement ces sociétés privées et à surveiller leur évolution, ce qui demande des connaissances et du temps. C’est pourquoi bon nombre de petits investisseurs optent pour une solution clé en main en souscrivant des placements collectifs diversifiés, appelés fonds et Sicav, pilotés par des professionnels.

Il n’empêche, réaliser un investissement en actions suppose d’accepter un certain niveau de risque et d’avoir le cœur bien accroché dans la mesure où votre capital n’est pas garanti. Si les cours s’écroulent, vous pouvez en effet tout perdre. Or, justement, les marchés financiers sont particulièrement sensibles. Il n’y a qu’à voir l’effondrement provoqué par l'épidémie de coronavirus. Fin février, le CAC 40, l’indice parisien qui regroupe 40 groupes français cotés en Bourse, a chuté de 11,94 % en cinq jours, un recul jamais atteint depuis la crise de 2008. Et ce n’était que le début d’une suite de dégringolades…

Ne pas céder à la panique

En cas de krach, le premier réflexe est bien souvent de récupérer son argent pour limiter les dégâts. C’est pourtant une grave erreur. Pour sauver son épargne, il faut au contraire faire preuve de self-control, comme le préconise Albert d’Anthoüard, expert chez Nalo, une société de conseil en investissements financiers : « Si on n’a pas un besoin immédiat de liquidités, sortir de la Bourse parce qu’on a peur de tout perdre à cause du coronavirus est criminel pour son épargne. » Le maître-mot est en réalité de ne rien faire.

L’investissement en actions se conçoit en effet à long terme. Si les cours chutent à court terme, ils finissent toujours par remonter. Une étude de l'Autorité des marchés financiers montre ainsi que sur vingt ans, entre 1988 et 2017, le rendement moyen de placements réguliers diversifiés en actions a été de 5,3 % et ce, malgré l’implosion de la bulle Internet en 2001, la crise des subprimes en 2007 et celle de la dette en 2008. Et Albert d’Anthoüard de conclure : « Le meilleur moyen d’investir en Bourse est de se fixer un objectif sur la durée, de se bâtir un portefeuille d’actifs en adéquation avec son profil d’investisseur et d’éteindre la radio. »