Coronavirus : Les prestations sociales versées deux jours en avance en avril

EPIDEMIE Une anticipation qui représente une avance de trésorerie de 5 milliards d’euros pour l’Etat

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau de la CAF (Illustation)
Un panneau de la CAF (Illustation) — ALLILI MOURAD/SIPA

Pour ne pas pénaliser les allocataires qui doivent retirer leur argent dans les banques, dont le fonctionnement peut être perturbé en raison du coronavirus, le versement des aides sociales sera effectué avec deux jours d’avance au mois d’avril, a annoncé le ministère des Solidarités, ce jeudi.

« Les aides sociales seront disponibles sur le compte des allocataires dès le samedi 4 avril », a déclaré le cabinet de la secrétaire d’Etat Christelle Dubos, confirmant une information du Figaro. Selon le quotidien, cette anticipation représente une avance de trésorerie de 5 milliards d’euros pour l’Etat.

« Anticiper « les déplacements dans les agences bancaires »

Allocation logement, revenu de solidarité active (RSA), allocation adulte handicapé (AAH), allocations familiales… Ces prestations sont d’ordinaire versées par les caisses d’allocations familiales (CAF) le 5 du mois, sauf lorsque ce jour tombe un dimanche, comme c’est le cas en avril, et cela a alors lieu le 6.

Avancer le versement a pour objectif, selon le gouvernement, de « s’assurer que tout le monde pourra bien percevoir ses aides à temps » en permettant d’anticiper « les déplacements dans les agences bancaires pour éviter de longues attentes et des difficultés pour respecter les règles de distance sociale » prises pour freiner la propagation du virus.

Seuls 1.600 bureaux de poste sont ouverts

En effet, certains allocataires parmi les plus fragiles financièrement n’ont qu’une offre bancaire limitée et doivent se rendre au guichet pour toucher leurs aides. Beaucoup passent par la Banque Postale​, qui a une mission publique « d’accessibilité bancaire ».

Or, à cause de la crise liée au coronavirus, 1.600 bureaux de poste sont actuellement ouverts sur les 7.700 que compte le territoire, selon des chiffres communiqués par l’entreprise. En 2018, la Banque de France estimait que 3,4 millions de personnes étaient en situation de fragilité financière.